Monica Bellucci: amour, yoga et cinéma...

22/04/14 à 10:56 - Mise à jour à 10:56

Source: Weekend

La plus française des actrices italiennes est l'héroïne de L'Amour et la paix, le nouveau film d'Emir Kusturica, qui sera présenté au Festival de Cannes, en mai prochain. Elle est aussi l'égérie du maquillage Dolce & Gabbana.

Monica Bellucci: amour, yoga et cinéma...

© Reuters

Vous représentez les rouges à lèvres Voluptuous de Dolce & Gabbana. Que signifie ce rituel make-up pour vous ?

Pour moi, le rouge à lèvres est un geste indissociable de la féminité. Nous l'héritons de notre grand-mère, de notre mère. Il fait vraiment partie de nous.

Avez-vous déjà tout plaqué par amour ?

C'est mon moteur, ma manière de vivre ! L'amour gouverne ma vie privée comme ma vie professionnelle. D'ailleurs, je vois tout par le prisme de l'émotion, même si, ensuite, je rationalise : je ne peux pas faire autrement. C'est mon côté italien, sans doute.

Une chanson d'amour est-elle forcément triste ?

Pas nécessairement. J'associe l'amour à la vie, dont il est la forme suprême. Ce sentiment donne envie de s'élever, de se dépasser. Ma chanson d'amour préférée : Non, je ne regrette rien, par Edith Piaf.

Une matière que vous aimez toucher ?

La soie, le cachemire ou un cuir très fin. Mais aussi la peau de mes enfants ou de la personne aimée. Ça m'évoque La Peau douce, de Truffaut, un de mes films préférés.

Un prétendu chef-d'oeuvre qui vous irrite ?

Peut-être La Joconde. Je ne comprends pas pourquoi elle prend tant de place au musée du Louvre. Je trouve son aura démesurée. Mais c'est peut-être cela, le miracle Monna Lisa.

Pensez-vous, comme l'actrice Béatrice Dalle, que "la fiction commence quand finit le tournage" ?

Non, je pense le contraire, même si j'adore cette comédienne pour sa générosité. Le tournage, c'est un grand moment de passion et de création : on survole la réalité, on vit dans un temps suspendu. Serge Gainsbourg trouvait qu'il n'y avait rien de plus érotique qu'un tournage. Moi, j'aime "m'envoler" pour mieux revenir sur terre.

Avez-vous le blues du dimanche soir ?

Un peu. Ça m'évoque toujours l'époque où j'étais écolière... Le lundi, c'est souvent le jour où je prends l'avion et quitte mes filles. C'est pourquoi j'aime tant les périodes où je ne travaille pas, pour leur préparer le petit déjeuner, les emmener boire un verre, discuter. Ce sont des moments importants, qui resteront dans leur vie d'adulte.

Êtes-vous plutôt gym ou plutôt yoga ?

Je ne pratique aucun sport régulièrement, mais je serais plutôt yoga, parce que cela nécessite une forme de résistance et de concentration.

Par Charlotte Brunel

Nos partenaires