Une couronne blanche comme l'hiver

19/12/12 à 15:16 - Mise à jour à 15:16

Source: Nest

L'artiste florale Gudrun Cottenier vous propose ici de réaliser une couronne décorative pour agrémenter en beauté votre porte d'entrée pour les réveillons.

Une couronne blanche comme l'hiver

A l'approche des fêtes de fin d'année, une couronne s'impose tout naturellement. Mais cette fois, Gudrun fait l'impasse sur les branches de sapin et les rubans rouges. Pour cette composition hivernale blanche, elle opte pour les feuilles du peuplier blanc : "Elles possèdent une jolie couleur vert brillant à l'endroit, tandis qu'au revers, elles sont blanches et d'une texture presque duveteuse, ce qui produit un effet très particulier dans une couronne. Le peuplier blanc est un arbuste/arbre très commun au littoral. On le trouve aussi souvent le long des autoroutes."

Comme le peuplier est un arbre caduc, il s'agit d'en récolter les feuilles bien à temps. Prévoyez-en une bonne quantité. Nous avons commencé par vingt tiges, mais nous avons constaté en cours de composition qu'il nous en fallait le double.

Et si vous n'avez pas de peuplier blanc près de chez vous ? Ou si l'hiver est déjà tellement avancé qu'il n'y plus aucune feuille de peuplier fraîche à trouver ? Qu'à cela ne tienne : vous pouvez tout aussi bien recourir à des feuilles tombées de platane, de châtaignier ou de vigne vierge. Les feuilles de lierre produisent un joli résultat également. "Veillez toutefois à ce que les feuilles soient encore humides, et non desséchées. Les feuilles sèches se cassent si vous tentez de les utiliser dans une composition", explique Gudrun. "L'avantage d'une couronne telle que celle-ci est qu'elle se laisse très bien sécher. Si vous voulez créer un effet hivernal similaire au blanc du peuplier, vous pouvez y vaporiser de la colle ou de la poudre de neige en spray."

Comment réaliser cette couronne ?

Gudrun enroule les feuilles pour former de petites touffes et les fixe sur la couronne de paille à l'aide de cavaliers. Elle arrange les touffes de telle manière qu'elles chevauchent chaque fois les précédentes, que le cavalier précédent est caché et qu'à la fin de l'opération, toute la paille est recouverte.

Elle termine en collant quelques feuilles sur la couronne, côté blanc vers le haut, pour un bel effet glacé. Pour permettre la suspension de la couronne, elle enfonce un cavalier dans la paille à l'arrière, sans toutefois l'enfoncer tout à fait.

Conseils de Gudrun

Utilisez de la colle froide pour fixer les dernières feuilles sur la couronne. La chaleur d'une colle issue d'un pistolet brûlerait les feuilles.

Récoltez les feuilles de peuplier en automne et placez-les au surgélateur en vue d'une utilisation ultérieure. La face verte virera au noir, mais les feuilles conserveront leur joli revers blanc et resteront suffisamment souples pour les travailler.

Si votre pouce est douloureux à force d'enfoncer les cavaliers, fixez-y une pièce de monnaie avec du papier collant. Vous pourrez exercer une plus grande pression sans en pâtir.

Si vous voulez accrocher la couronne à votre porte d'entrée, veillez à ce qu'elle soit suffisamment lourde pour qu'elle ne puisse pas s'envoler sous l'effet du vent.

Le peuplier blanc sous la loupe

Nom : Populus Alba ou peuplier blanc

Famille : un arbre de la famille des salicacées (comme les saules)

Particularités : le peuplier blanc n'est pas un arbre indigène puisqu'il est originaire d'Europe centrale et du Sud, et de l'Ouest de l'Asie. Il a été introduit chez nous au dix-septième siècle comme arbre ornemental pour parcs et jardins. Son écorce lisse est grisâtre et présente des dessins en forme de losange. La taille des feuilles - vert foncé à revers blanc - varie de 4 à 10 cm. En Belgique, le peuplier blanc, qui ne craint pas l'air salin, est souvent planté au littoral.

Emplacement : l'arbre n'est pas difficile quant à la composition du sol. Comme la plupart des plantes, il apprécie la lumière et n'aime pas trop les terrains trop pauvres.

Hauteur : c'est un arbre qui peut s'élever à 30 m. Dans nos contrées, toutefois, il est rare qu'il atteigne une telle hauteur, et il a plutôt l'allure d'un grand buisson.

Floraison : les fleurs éclosent en avril, avant le débourrement des feuilles. Les chatons mâles sont rouges et velus.

Utilisation : l'envers blanc duveteux lui vaut d'entrer dans la composition de nombreuses pièces florales.

Texte Hilde Verbiest - Photos Diane Hendrikx

Nos partenaires