A la rencontre d'André Grevisse, gardien de la terre et passeur

12/04/18 à 11:00 - Mise à jour à 14:34
Du Nest du 30/03/18

Aux confins d'Habay-la-Vieille, en province de Luxembourg, André Grevisse montre qu'une autre façon de produire et d'élever est possible. Pour ce faire, ce rebelle a tourné le dos aux modèles productivistes en cours. Non content de se réapproprier son destin, cet ardent défenseur de l'agriculture biologique voit plus loin que son nombril. Par Michel Verlinden

Vous avez dit "paysan" ? Le mot ne plaît pas à André Grevisse. Cet éleveur installé dans la Ferme Bio-Vallée fait valoir sa vision du monde agricole. "On m'a parlé d'un mot en néerlandais, désignant les agriculteurs, qui signifierait 'gardien de la terre'. Je ne sais pas s'il existe réellement mais c'est comme cela que je vois mon métier. Pour moi, il s'agit d'une responsabilité de préservation qui dépasse les intérêts personnels", explique l'intéressé. Bâton à la main, il mène le visiteur vers les pâtures où flânent paisiblement ses 300 têtes de bétail. Au-dessus de lui, la voûte céleste affiche un bleu céruléen qui se marie à la perfection avec le vert éclatant des prairies. Jouet dérisoire en regard de la stature athlétique du Gaumais, le morceau de bois qu'il a entre les mains pointe une multitude de tâches noires. "Les voilà", s'exclame-t-il avec la joie d'un enfant. Dans le lointain, c'est le troupeau sur lequel André veille, épaulé dans cette tâche par ses deux fils, Romain et Gil. Il y a aussi les deux chiens de la famille, Lilo et Stitch, qui semblent prendre très à coeur leur rôle protecteur.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 2 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Nest bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur Nest.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires