A Molenbeek, une expo s'attaque à la culture du viol

09/01/18 à 10:47 - Mise à jour à 10:47

Source: Belga

Le service Prévention de la commune de Molenbeek-Saint-Jean en partenariat avec l'Université du Kansas, dévoile à partir de ce lundi l'exposition "Que portais-tu ce jour-là ?", une question trop souvent posée aux victimes d'agressions sexuelles.

A Molenbeek, une expo s'attaque à la culture du viol

. © iStockphoto

Présentée pour la première fois en Europe, l'exposition se tiendra du 8 au 20 janvier prochain au Centre Communautaire Maritime. "Son objectif est de 'libérer la parole' des victimes d'agressions sexuelles et de rappeler que personne n'en est à l'abri, indépendamment du lieu où on se trouve ou de la tenue qu'on porte", indique la bourgmestre de la commune de Molenbeek, Françoise Schepmans (MR).

L'exposition propose un dispositif simple, très visuel et efficace. Dix-huit tenues que portaient des étudiantes de l'université du Kansas lors de leur agression sexuelle sont présentées au public. Un jeans, un t-shirt, un pyjama, un pantalon noir, autant de vêtements ordinaires qui démontent le mythe de la responsabilité de la victime et l'idée sous-jacente que l'agression ne se serait pas produite si la victime avait porté une tenue moins provocante. A côté de ces vêtements, les victimes témoignent en quelques phrases du viol dont elles ont fait l'objet et de ce qu'elles portaient ce jour-là. "

A Molenbeek, une expo s'attaque à la culture du viol

© Belga Image

L'exposition met en évidence qu'une agression sexuelle ne survient jamais à cause de ce qu'une personne porte, mais bien parce qu'une personne en attaque une autre. Les tenues exposées sont banales, basiques et rappellent qu'aucun vêtement ne protège d'une agression sexuelle ni ne la suscite. La violence de la question 'que portais-tu ce jour-là ?' posée aux victimes de ce type d'agression, les rend responsables de qu'elles ont subi et amoindrit la responsabilité de l'agresseur", explique la responsable projets du service Prévention de la commune de Molenbeek-Saint-Jean, Delphine Goossens.

Partager

16% des Belges estiment que le viol n'est pas problématique si la victime est vêtue de façon aguichante

"Que portais-tu ce jour-là ?", qui entend s'attaquer à la culture du viol et en déconstruire les stéréotypes, a été présentée à plusieurs reprises sur des campus américains. Sa présentation en Belgique est une première européenne et le service de Prévention de Molenbeek évoque quelques chiffres alarmants qui en confirment toute la pertinence. Selon une enquête réalisée par la Commission européenne en 2014, 1 Belge sur 5 estime en effet que le viol est justifiable "sous influence de la boisson ou de la drogue" et 16% des Belges estiment que le viol n'est pas problématique si la victime est vêtue de façon aguichante. Quarante-six pour cent des Belges, femmes comme hommes, sont ou seront par ailleurs victimes de violences sexuelles jugées "graves" au cours de leur vie.

Pour l'échevine Sarah Turine (Ecolo) en charge des politiques de prévention et de cohésion sociale de la commune de Molenbeek-Saint-Jean, l'exposition s'inscrit de surcroit dans une actualité médiatique avec les révélations d'agressions sexuelles dans le cadre de l'affaire Weinstein notamment, et rappelle le "chemin qu'il reste à parcourir en matière de prise de conscience de la question, ainsi que d'égalité de genre et de dignité de chacun".

Nos partenaires