Benetton met enfin la main au porte-monnaie pour indemniser les victimes de l'effondrement du Rana Plaza

20/02/15 à 15:52 - Mise à jour à 15:52

Source: Belga

Benetton a annoncé vendredi qu'il allait verser une contribution, au montant encore indéterminé, au fond destiné à dédommager les victimes de l'effondrement, il y a deux ans, du Rana Plaza, au Bangladesh.

Benetton met enfin la main au porte-monnaie pour indemniser les victimes de l'effondrement du Rana Plaza

L'immeuble de huit étages Rana Plaza s'est effondré comme un château de cartes, à Savar, une ville à la périphérie de Dacca, le 23 avril 2013 © Image Globe

"Une tierce partie, indépendante et reconnue sur le plan international, travaille pour établir notre participation de manière équitable" par rapport aux autres donateurs, a expliqué le groupe dans un communiqué à propos de ce fond.

Le montant du versement "sera rendu public dès que la tierce partie aura remis ses conclusions, dans les prochaines semaines", au plus tard au 2ème anniversaire du drame, a-t-il ajouté.

Le 23 avril 2013 à Dacca, 1.138 personnes sont mortes et plus de 2.000 autres ont été blessées dans l'effondrement de l'immeuble Rana Plaza, qui abritait des ateliers de confection travaillant pour de nombreux groupes étrangers, dont Benetton.

Benetton était accusé de ne pas vouloir participer au fonds d'indemnisation de 40 millions de dollars mis en place huit mois après le drame et piloté par l'Organisation internationale du travail (OIT).

Rejetant ces accusations, le groupe italien de textile a affirmé que sa contribution représenterait un "deuxième pas" dans son soutien aux victimes.

Le "premier pas" remonte à un mois seulement après le drame, a assuré Benetton, avec la mise en place en partenariat avec l'ONG Brac du Bangladesh, d'"un programme de soutien" destiné à fournir à 280 victimes et membres de leur famille "les moyens, y compris financiers, de reconstruire un avenir durable".

>>> Si le sujet des conditions de travail dans les usines textile vous intéresse, lire (et voir) Vidéo: la vie de trois blogueurs mode au travail dans une usine au Cambodge

Nos partenaires