HDV, le spot mythique de skate menacé de disparition à Lyon

25/11/16 à 09:48 - Mise à jour à 09:48

Source: Afp

Parlez de Lyon à un skateur californien ou australien, il vous répondra "HDV", pour place de l'Hôtel de Ville, un spot de skate de renommée mondiale très fréquenté, mais que la municipalité envisage d'interdire aux planches à l'occasion de la rénovation du centre-ville.

HDV, le spot mythique de skate menacé de disparition à Lyon

© Flickr

Une hérésie pour les adeptes du skateboard qui ont lancé une pétition en ligne pour sauver "HDV", l'un des vingt spots mythiques du monde. Leur initiative a recueilli à ce jour 12.000 signatures de tous les pays, dit à l'AFP Fred Mortagne, réputé internationalement pour ses photos et vidéos de skate.

La Métropole de Lyon prévoit dans son projet de réfection de la place Louis Pradel, son vrai nom, l'insertion de dispositifs anti-skates dès 2017.

"Où est l'urgence ? En 30 ans de fréquentation par les skateurs, il n'y a eu aucun incident. Où est la concertation ?", s'exclame Jérémy Daclin, ancien champion et figure du skate.

"Ils ont le désir de nous chasser ? Nous, on est prêts à discuter et à partager" cette place sur dalles, qui a mal vieilli et s'est beaucoup dégradée. "A cause de nous, bien sûr, mais aussi du parking en dessous et des camions de livraison sur les pourtours", affirme le fondateur de la marque d'équipements de skate Cliché.

Lui-même et une petite délégation doivent être reçus lundi après-midi par le vice-président de la Métropole chargé de l'urbanisme, Michel Le Faou, qui assure "ne pas être fermé au dialogue".

"On n'est pas des gens obtus. On va les entendre et on intègrera leurs remarques dans notre réflexion", dit-il à l'AFP. "Des choses peuvent se combiner, mais cela doit être intégré dès le départ. Quand on conçoit des espaces publics, il faut prendre en compte l'ensemble des usages", relève M. Le Faou.

Pour ses défenseurs, le skate "est un sport adulte. Il sera aux JO en 2020 et génère plein d'emplois directs ou indirects à Lyon. Il est partout dans les publicités pour symboliser culture urbaine et créativité. Pas celles d'ados attardés !", sourit Fred Mortagne.

'J'espère une médaille aux JO'

Trois marques de skate de renom international sont nées à Lyon, qui compte plusieurs enseignes spécialisées et a vu grandir de très grands champions. "Ca fait partie de l'économie, de la dynamique de la ville et du patrimoine de Lyon", affirme le vidéaste.

Des étudiants étrangers "choisissent de poursuivre leurs études à Lyon pour le skate", assure de son côté Jérémy Daclin.

Des villes, comme Malmö en Suède, Melbourne en Australie ou Innsbruck en Autriche "ont fait en sorte d'adapter l'espace public au skate pour une cohabitation harmonieuse. Pourquoi pas Lyon ?", poursuit-il. "C'est devenu incontournable pour une ville moderne."

La mairie de Malmö possède même un service dédié à la pratique du skate, la ville a un lycée pour les skateurs et l'espace urbain est parmi les plus "skatables" d'Europe. "Vélos, skateurs, piétons, transports... Personne ne se gêne", raconte Fred Mortagne.

Casquette vissée sur la tête et charmant sourire espiègle, Aurélien Giraud, à l'aise sur un "board" depuis ses 5 ans, l'affirme: "Une place comme ça, ça vaut cher ! Elle est reconnue dans le monde entier". "C'est là que j'ai vu les premiers pros. Ca m'a donné envie d'en devenir un", raconte le champion lyonnais de 18 ans qui a déjà remporté plusieurs compétitions internationales, dont le fameux Tampa Am, aux Etats-Unis.

Aujourd'hui, il s'entraîne pour les JO de Tokyo. Le comité olympique "sélectionnera les vingt meilleurs mondiaux. J'espère en être et rapporter une médaille", dit-il, avant d'effectuer une spectaculaire figure sur le socle en forme de pyramide d'une statue.

Il existe à Lyon un grand "skatepark", construit à Gerland, qui compte 4.000 adhérents et enregistre plus de 20.000 entrées par an. "Les skateparks, c'est très bien, mais on n'enfermera jamais les skateurs dans un lieu prédestiné à la pratique", explique Fred Mortagne. "Le skate sera toujours dans la rue. C'est dans son ADN."

Nos partenaires