La déferlante du féminisme encore plus forte après les affaires de 2017

28/12/17 à 11:28 - Mise à jour à 11:28

Source: Weekend

Au cours des douze derniers mois, les occasions pour les femmes de se révolter contre le sexisme larvé n'ont pas manqué. Si la parole s'est libérée, elle met encore du temps à se faire entendre. Vraiment.

Il n'est jamais simple, même a posteriori, de déterminer ce qui déclenche une révolution. Si le féminisme ne date pas d'hier, sa " quatrième vague " non plus d'ailleurs - cela fait une bonne dizaine d'années déjà que les femmes ont repris leur combat, contre le sexisme ordinaire cette fois, avec les cyberoutils du nouveau siècle -, la machine s'est bel et bien emballée cette année. Trump y est pour beaucoup, le fait est indéniable. Comme si son accession à la fonction suprême de " leader du monde libre ", en dépit des accusations d'agressions sexuelles étayées par la vidéo dans laquelle il se vantait sans vergogne d'attraper ses victimes " par la chatte ", consacrait le droit d'insulter, de harceler, de violenter la moitié du genre humain en toute impunité. " Cette élection a en tout cas démontré, aussi à celles qui jusque-là ne se sentaient peut-être pas directement concernées, le retour du discours réactionnaire, la consécration du pouvoir de l'homme blanc, riche, raciste, phallocrate, méprisant les pauvres et les minorités, pointe Valérie Lootvoet, directrice de l'Université des Femmes, à Bruxelles. Des prises de parole odieuses et publiques sont devenues admissibles. Face à ce machisme décomplexé, à la misogynie crasse qui éclate au grand jour, il y a de quoi se rebeller. C'est toujours plus facile, d'ailleurs, quand on a face à soi un ennemi identifiable. "
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires