La fluidité sexuelle: le nouveau girl power

12/02/15 à 10:30 - Mise à jour à 11:55

Source: Weekend

De l'attrait exclusif pour d'autres femmes à une " hétéroflexibilité " ouverte à tous les désirs, les jeunes esquissent les contours d'une sexualité neuve et d'un féminisme revigoré.

La fluidité sexuelle: le nouveau girl power

© Twitter

" J'aimerais remercier Céline parce que... je l'aime. " Ces mots d'amour sont prononcés par Adèle Haenel lors de la cérémonie des Césars en février 2014. Céline, c'est Céline Sciamma, la réalisatrice qui l'a révélée dans Naissance des pieuvres (2007) et sa compagne dans la vie, mais Adèle ne s'étendra pas sur le sujet.

Elle appartient néanmoins à une génération de nanas qui vivent leur homosexualité de façon à la fois visible et discrète. Parmi elles, les actrices Ellen Page et Amber Heard ou encore chanteuse Héloïse Letissier (alias Christine and the Queens). Chacune, à sa façon et par son art, échafaudant les règles d'un girl power subtil et contemporain. Autre symbole de ce phénomène, La Vie d'Adèle d'Abdellatif Kechiche a marqué une étape dans la représentation des amours au féminin.

Si le film a entraîné des controverses dans le milieu lesbien (souvent perçu comme peu réaliste, projection fantasmée du réalisateur), une chose est certaine : ce long-métrage a suscité un engouement du grand public pour des people au propos queer. La sociologue Natacha Chetcuti explique le phénomène.

Qu'est-ce que la fluidité sexuelle?

Une nouvelle génération de femmes entre 17 et 35 ans a été influencée par le langage et la pensée des Queer Studies, apparues aux Etats-Unis dans les années 90. Queer signifie différent, étrange. La fluidité met en avant une identité sexuelle libre, une attitude certes un peu utopiste, car les catégories sociales ont encore des fonctions non négligeables dans la société.

En quoi cette fluidité est-elle différente de la bisexualité ?

La bisexualité est une catégorie à part entière qui trouve sa place dans une structure sexuelle et sociale binaire, hiérarchisée. Se définir " sexuellement fluide " est parfois une façon de ne pas être associé à une minorité stigmatisée, ce qui peut faire peur. C'est souvent une étape dans un parcours, un chemin, le temps nécessaire pour réussir, plus tard, à se situer.

Est-ce une forme d'engagement social ?

C'est un questionnement autour du statut politique de l'hétérosexualité. Ce n'est pas une critique de l'acte sexuel même, mais de la manière dont il soude les relations sociales, un accord classique entre deux personnes où l'une est bénéficiaire, l'autre, perdante. Cette approche individualiste est une forme de microrésistance.

Par Alice Pfeiffer

Se dire lesbienne. Vie de couple, sexualité, représentation de soi, par Natacha Chetcuti, Payot.

>>> Retrouvez un dossier complet sur " le girl power " dans Le Vif Weekend du 13 février 2015.

Nos partenaires