Le Belge passe près de la moitié de son temps à consommer des médias au détriment de sa vie sociale

08/06/18 à 11:41 - Mise à jour à 11:41

Source: Belga

Les Belges consacrent, aussi bien la semaine que le week-end, 45 % de leur temps d'éveil (6h00-22h00) à consommer des médias. De quoi peser sur une vie sociale qui se réduit fortement, ressort-il de l'étude "Life Observer" présentée jeudi par IP Belgium, la régie publicitaire de RTL.

Le Belge passe près de la moitié de son temps à consommer des médias au détriment de sa vie sociale

. © iStockphoto

L'avènement d'internet et des réseaux sociaux a contribué au renforcement de la place des médias dans la vie quotidienne, une évolution qui ne s'est cependant pas faite au détriment de la télévision et de la radio mais plutôt au détriment de la vie sociale qui devient plus virtuelle.

Réalisée 20 ans après la dernière étude de ce type par IP, l'étude démontre que les citoyens prennent moins le temps de rendre visite à des proches ou des amis (25% en 1998 contre 12% en 2018) et sortent moins pour boire un verre (12,7% en 1998 contre 2,5 % en 2018).

A l'inverse, ils ont davantage recours au sms, chat ou appels (23,6 % en 2018 contre 17,9 % en 1998) et 42,3 % d'entre eux passent dorénavant par les réseaux sociaux.

De manière générale, la télévision (28 % de la consommation média totale) et la radio (28 %) restent les médias de prédilection auprès des 18-64 ans, devant internet (16 %), les réseaux sociaux (6,7 %), la lecture (6 %), le "On demand" (4,7 %) ou encore la musique en streaming (4,6 %).

Bien qu'ils soient plus attirés que les générations précédentes par les médias non linéaires (streaming, video on demand...), les 18-24 ans privilégient toujours la radio, la télévision et internet. Favoris des Belges, la radio et la télévision induisent cependant des modes de consommation différents, pointe le "Life Observer". En effet, s'il consacre en moyenne 194 minutes par jour à la radio, le Belge n'a une écoute exclusive de ce média qu'une vingtaine de minutes et passe près de 3h à l'écouter en simultané avec d'autres activités (tâches quotidiennes, déplacements en voiture...).

A l'inverse, la télévision est consommée de manière quasi exclusive (130 minutes sans interférence contre 190 minutes au total).

L'étude "Life Observer" a été réalisée par le bureau GFK en février 2018 auprès d'un échantillon représentatif de 4.214 personnes issues du nord et du sud du pays. Les répondants se sont vus poser des questions sur leur emploi du temps au travers de 54 activités courantes (travail, loisirs, repas...).

En savoir plus sur:

Nos partenaires