"Les femmes devraient moins parler, faire davantage le ménage et la fermer": faut-il enseigner les préceptes de Confucius?

04/12/17 à 13:38 - Mise à jour à 13:39

Source: Afp

Le ménage, la cuisine et surtout ne rien dire... Une "classe de morale pour femmes" a été fermée en Chine à la suite du scandale provoqué par une vidéo montrant le déroulement d'une de ces leçons.

"Les femmes devraient moins parler, faire davantage le ménage et la fermer": faut-il enseigner les préceptes de Confucius?

. © iStockphoto

"Les femmes devraient moins parler, faire davantage le ménage et la fermer", assure une enseignante à un groupe d'étudiantes, dans cette vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux. "Les femmes ne devraient pas s'efforcer de monter dans l'échelle sociale mais rester toujours à l'échelon le plus bas", poursuit-elle, lors du cours organisé dans la ville de Fushun, dans le nord-est du pays. "Si vous commandez à manger au lieu de faire la cuisine vous-mêmes, vous désobéissez aux règles qui concernent les femmes", assure ensuite un instructeur masculin.

Ces classes ont été lancées par "l'Association de recherche sur la culture traditionnelle de Fushun" en 2011 afin de défendre les valeurs confucianistes, mais ces images ont provoqué une polémique.

"C'est de l'esclavage pour femmes, pas de la morale pour femmes", s'insurge un internaute sur le réseau social Weibo.

La mairie de Fushun a assuré que la classe avait été lancée sans le feu vert des autorités et serait donc fermée sur le champ, a rapporté l'agence officielle Chine nouvelle, précisant que des succursales avaient été ouvertes dans trois autres villes du pays.

Des classes de morale traditionnelle ont éclos ces dernières années en Chine, puisant dans l'enseignement du philosophe Confucius afin de propager des valeurs d'obéissance et de conservatisme.

Le confucianisme, qui faisait l'objet d'un culte d'Etat sous les empereurs, a été combattu par les communistes après leur arrivée au pouvoir en 1949.

Mais la philosophie de Confucius a fait un retour en force ces cinq dernières années sous la présidence de Xi Jinping, qui n'hésite pas à citer le sage et à défendre la culture chinoise traditionnelle à des fins patriotiques.

En savoir plus sur:

Nos partenaires