Les habits pour chiens ont la cote

16/04/09 à 14:00 - Mise à jour à 13:59

Source: Weekend

Les vêtements pour nos animaux à quatre pattes ont de plus en plus de succès, et plus particulièrement en Russie.

Les habits pour chiens ont la cote

© Roberto Cavalli

Les vêtements pour nos animaux à quatre pattes ont de plus en plus de succès. Tout récemment, c'est le designer Roberto Cavalli qui annonçait le lancement d'une collection pour chien. Il semble surfer sur la bonne tendance car même en ces temps de crise, les robes, pulls, manteaux de vison et parfums pour nos amis à poils font un carton.

En Russie plus précisément, les yorkshires et chihuahua s'habillent aussi à la dernière mode et malgré la crise économique, les couturiers et fabricants d'accessoires pour chiens ne manquent pas de clients.

En plein centre de Moscou, le salon pour chiens Charly propose toute une panoplie de produits: shampooings et spa-masques, laisses décorées de bijoux Swarovski, poussettes, bottes et même des sacs à dos.

La gamme de vêtements s'étend des robes du soir et tenues de sport aux accessoires excentriques pour déguiser votre chouchou en abeille ou petit ange. Et même si les prix peuvent être comparés à ceux du prêt-à-porter pour humains, les maîtres ne comptent pas leurs sous pour gâter leur petit compagnon.

"Les week-ends, nous accueillons une vingtaine de clients par jour. La plupart d'entre eux appartiennent à la classe moyenne", raconte Edita Lys, une belle brune aux chevaux longs, co-propriétaire du salon.

Coupe, manucure, teinture
"Nous pouvons non seulement faire une coupe à votre chien, mais aussi une manucure, lui teindre les poils dans la couleur que vous préférez, lui faire des tresses", dit Natalia Lavrentieva, coiffeuse chez Charly.

"Les vêtements, ce n'est pas seulement pour la beauté, mais aussi pour protéger votre animal du froid", renchérit Mme Lys, elle même propriétaire d'un yorkshire et d'un toy terrier.

Avec des températures qui descendent parfois sous les 30 degrés à Moscou et un hiver qui peut durer jusqu'en avril, certaines races ont impérativement besoin d'une combinaison chaude.

La couturière russe Sveltana Abramova a commencé sa carrière en créant des vêtements pour femmes. Mais en 2001, elle s'est lancée dans la mode pour chiens. Elle a commencé par coudre des vêtements pour son chihuahua Bonia et très vite son hobby s'est transformé en business.

"Lorsque je sortais avec Bonia habillé en tenue chic, tout le monde me demandait d'où je tenais ces vêtements. Peu à peu, j'ai perdu tout intérêt pour la mode humaine", confie-t-elle.

En 2004, elle crée sa propre marque de vêtements pour chiens, Very stylish dog, "cousus dans le respect des règles de la haute couture des humains", qui se vend aujourd'hui dans six grandes villes russes.

L'année dernière, Mme Abramova est partie à la conquête des marchés étrangers. Elle a créé une collection de vêtements assortis pour femmes et chiens pour la compagnie américaine Diamond dogs.

Cette collection a été présentée en février en Russie, en mars à Londres et devrait bientôt atteindre Los Angeles. Le magasin de luxe britannique Harrods, qui dispose de presque un étage entier dédié aux accessoires et habits des fidèles compagnons à quatre pattes, lui a aussi commandé une nouvelle collection d'automne.

"Nous utilisons des tissus uniquement naturels: jersey, cachemire, soie, car certains chiens sont allergiques aux tissus synthétiques", assure la couturière.

Au restaurant avec son yorkshire
Dans les restaurants de Moscou, une jeune femme à table avec un yorkshire, les deux en tenue chic, ne choque plus personne. La crise a dicté toutefois quelques changements de style.

"Nous faisons aujourd'hui plus de vêtements dans le style 'casual', plus confortables pour le quotidien, et moins de luxe. Nos vêtements sont devenus plus accessibles au niveau des prix, mais sont restés élégants et à la mode", assure Naïl Abrarov, directeur marketing chez Very stylish dog.

"Les chiens s'habituent très vite aux vêtements qui les protègent du froid et de la boue et les propriétaires qui considèrent leurs chiens comme leurs enfants ne veulent pas que leurs chouchous tombent malades", ajoute-t-il.

Ca.L, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires