Les métiers dits manuels commencent (enfin) à avoir la cote

16/02/16 à 14:31 - Mise à jour à 19:14

Source: Weekend

Près d'un élève francophone sur deux suit une formation technique ou professionnelle à partir de la 3e secondaire. Rarement par choix, souvent par relégation, après avoir échoué dans le général. Mais ils y prennent de plus en plus goût : les métiers dits manuels commencent à avoir (enfin) la cote.

"Si l'on écoutait les petits garçons et les petites filles, le monde serait peuplé de pompiers, de pilotes, d'infirmières et de maîtresses d'école. Si l'on écoutait leurs parents, il n'y aurait que des médecins et des avocats."
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Inscrivez-vous afin de pouvoir lire 4 articles gratuits par mois.

Nos partenaires