Poster et être sensible aux citations pseudo-profondes sur les réseaux sociaux est loin d'être un signe d'intelligence

07/12/15 à 19:47 - Mise à jour à 08/12/15 à 09:43

Source: Weekend

"N'est pas beau qui est beau, est beau qui plait" Cette citation devenue gimmick dans la bouche de votre collègue a le don de vous laisser pensif. Une université canadienne s'est penchée sur ce qui se cachait dans la tête de ceux, à l'instar dudit collègue, poste des citations ou quotes pseudo profonds. Et les conclusions vont faire grincer bien des dents.

Poster et être sensible aux citations pseudo-profondes sur les réseaux sociaux est loin d'être un signe d'intelligence

© Emily Richardson/Pinterest

Partager

Your happiness could save the world

(Deeprak Chopra)

Cette citation résonne en vous... ça n'est peut-être pas bon signe...

Intitulée On the reception and detection of pseudo-profound bulls***, l'étude menée par une équipe de scientifiques de l'Université de Waterloo (Ontario) au Canada s'est basée sur l'observation de 845 volontaires. Il leur a été demandé d'évaluer plusieurs séries de statuts et d'estimer le degré de profondeur des messages y apparaissant.

Parallèlement, les chercheurs en psychologie leur ont soumis une série de déclarations sur le paranormal, la religion et les théories conspirationnistes et demandé leur degré d'accord ou de désaccord avec celles-ci.

Commentant cette étude parue sur le site Judgment and Decision Making, Gordon Pennycook, l'un des psychologues de l'équipe de l'Université de Waterloo affirme : "Ceux qui sont réceptifs à ces messages, réfléchissent moins, ont une capacité cognitive inférieure, sont plus sujets à des confusions philosophiques et à croire aux idées conspirationnistes ou encore au paranormal".

En effet, au regard des observations des psychologues, il en ressort que les personnes réceptives à ses statuts soi-disant philosophico-spirituels ont aussi tendance à manifester une niveau d'intelligence inférieur, et seraient aussi plus enclines à adhérer aux théories du complot, aux croyances paranormales et populaires.

Néanmoins l'étude n'établit pas une généralité, et comme le rappellent le scientifique, il est difficile d'établir une évaluation empirique de la "stupidité humaine".

Dans le doute, mieux vaut peut-être y aller mollo sur les haïkus et autres leçons spirituelles via réseaux sociaux.

En savoir plus sur:

Nos partenaires