Jean-Claude Van Damme tente de "sauver sa carrière"

14/12/17 à 11:22 - Mise à jour à 11:22

Source: Belga

L'acteur Jean-Claude Van Damme espère "sauver sa carrière" grâce à la série "Jean-Claude Van Johnson", diffusée à partir de vendredi sur Amazon Prime et présentée mardi soir en première mondiale à Paris.

Jean-Claude Van Damme tente de "sauver sa carrière"

© Isopix

La vedette du cinéma d'action fait ses débuts sur petit écran dans cette comédie qu'il qualifie de "burlesque, clownesque", dans laquelle il joue son propre rôle.

Le comédien, 57 ans, réfléchissait depuis quelques années à travailler pour la télévision et à une idée de série, à un concept d'acteur qui voulait être un espion.

"Je voulais vraiment faire de la télévision, j'étais devenu un acteur de vidéo à la demande... je ne fais plus de cinéma", a-t-il confié, "la télé pouvait peut-être sauver ma carrière, grâce à l'exposition mondiale qu'elle permet."

"Je voulais faire de la TV depuis neuf ou dix ans. Si Brad Pitt veut faire de la télé, il n'a qu'à lever la main et on lui offre un rôle", déclare-t-il. "Pour moi, cela a pris du temps". "Il y a environ quatre ans, j'essayais de me lancer et (le producteur) Scott Free a aimé mon concept et il a appelé ces génies !" raconte-t-il en désignant Dave Callaham, scénariste ("Expandables", "Godzilla") et Peter Atencio, réalisateur.

Dans cette parodie qui moque le cinéma américain, il est Jean-Claude Van Damme, star de films d'action qui cache une carrière parallèle d'agent secret (sous le nom de "Jean-Claude Van Johnson") qu'il doit réactiver.

Interrogé sur les raisons qu'il l'ont poussé à jouer cette caricature de lui-même, il a répondu : "C'est difficile de se moquer de soi-même mais comme je suis un bon acteur... alors pourquoi pas ? "

Il ne s'est pas mêlé de l'écriture. "Je ne suis pas scénariste, un homme comme moi doit lâcher prise, je les ai laissé faire leur travail".

Le comédien a voulu que la première mondiale se déroule à Paris. "Il y a 10-15 ans - je ne faisais plus de première de cinéma (...) - j'avais dit à ma mère en Belgique: 'Mama, un jour je referai un film et tu verras, la première sera à Paris !'".

Nos partenaires