Ksenya Sukhinova, une Miss Monde venue du froid

15/12/08 à 09:00 - Mise à jour à 08:59

Source: Weekend

Originaire de Nizhnevartovsk, dans le nord de la Sibérie, Ksenya Sukhinova est la deuxième Russe à remporter le trophée. Elle a devancé l'Indienne Parvathay Omanakuttan et Gabriel Walcott, de Trinité-et-Tobago.

Ksenya Sukhinova, une Miss Monde venue du froid

© reuters

Originaire de Nizhnevartovsk, dans le nord de la Sibérie, Ksenya Sukhinova est la deuxième Russe à remporter le trophée. Elle a devancé l'Indienne Parvathay Omanakuttan et Gabriel Walcott, de Trinité-et-Tobago.

La Russe Ksenya Sukhinova, une blonde aux yeux bleus originaire de Sibérie âgée de 21 ans, a été sacrée Miss Monde 2008 samedi soir à Johannesburg, où elle était en compétition avec 108 autres candidates. La première dauphine est l'Indienne Parvathay Omanakuttan et la seconde Gabriel Walcott, de Trinité-et-Tobago. L'élection a été diffusée dans 187 pays.

Ksenya Sukhinova, 1,78m, succède à la Chinoise Zhang Zi Lin élue l'année dernière à Sanya (Chine). Peu avant d'être élue, la jeune femme vêtue d'une élégante robe pourpre avait expliqué au jury ses motivations: "Je crois que je peux aider les gens et je veux aider les gens. Si je pars aujourd'hui avec la couronne, c'est ce que je ferai".

Avouant que la tension avait été très forte pour elle et ses concurrentes tout au long d'un marathon de galas et de répétitions en tout genre, elle a affirmé, peu après son sacre, que la nervosité l'avait rendue "plus forte".

Originaire de Nizhnevartovsk, dans le nord de la Sibérie, la jeune fille est étudiante en sciences à l'Université du gaz et du pétrole de Tyumen (Russie). Elle est la deuxième Russe à emporter le trophée après Julia Kourochkina en 1992.

Parmi les 109 candidates, ont été désignées 15 demi-finalistes, puis cinq finalistes représentant l'Inde, la Russie, Trinité-et-Tobago, l'Angola et l'Afrique du Sud. La Sud-Africaine Tansey Coetzee a bénéficié du fort soutien d'un public tout acquis à sa cause, sans pour autant convaincre le jury.

L'Indienne Parvathay Omanakuttan avait notamment tenté de courtiser la foule en la saluant en afrikaans et en évoquant des figures du XXe siècle, le Mahatma Gandhi et le premier président noir de l'Afrique du Sud Nelson Mandela, également cité par la Trinidadienne Gabriel Walcott.

Pour la France, concourait la 2e dauphine de Miss France 2008, Laura Tanguy, qui avait été désignée comme candidate officielle de la France par Geneviève de Fontenay, en remplacement de Valérie Bègue, en froid avec le comité Miss France. Elle n'a pas atteint le stade des demi-finales.

Avant l'annonce des résultats, les jeunes femmes âgées de 17 à 25 ans avaient défilé dans des robes dessinées par des designers sud-africains et jamaïcains. Elles étaient arrivées mi-novembre en Afrique du Sud, enchaînant galas, répétitions, rencontres avec la presse et safari. Vêtues de simples tee-shirts, pantacourts et baskets, elles avaient alors observé avec enthousiasme lions et girafes, joué du djembé, dormi dans des huttes et cuisiné des plats zoulous.

Johannesburg, la capitale économique de l'Afrique du Sud, espérait profiter de la venue des Miss pour présenter le pays sous son meilleur jour, renforcer son image de destination touristique de classe et faire oublier un peu sa triste réputation de mégalopole violente. L'Afrique du Sud organisera en 2010 la première Coupe du monde de football de l'histoire du continent africain.

Lexpress.fr Styles

En savoir plus sur:

Nos partenaires