Le prince Charles et Camilla éviteront la Birmanie durant leur tournée en Asie

04/10/17 à 15:52 - Mise à jour à 15:51

Source: Afp

Le prince Charles, héritier du trône britannique, et son épouse Camilla vont effectuer cet automne une tournée en Asie, selon sa résidence officielle Clarence House, mais leur parcours évitera la Birmanie, accusée d'"épuration ethnique" contre la minorité musulmane rohingya.

Le prince Charles et Camilla éviteront la Birmanie durant leur tournée en Asie

Charles et Camilla à Florence © REUTERS

Le prince de Galles et la duchesse de Cornouailles s'envoleront le 30 octobre pour cette tournée de onze jours à Singapour, en Malaisie et en Inde, destinée à renforcer les liens avec ces pays avant le sommet du Commonwealth qui se tiendra au Royaume-Uni en avril 2018.

"La visite de leurs altesses royales, effectuée à la demande du gouvernement britannique, célébrera le partenariat du Royaume-Uni avec ces nations du Commonwealth (...) avant le sommet", a précisé Clarence House dans un communiqué.

"Leur visite mettre en exergue des thèmes clés dont la célébration de la communauté, la diversité culturelle et la promotion de l'innovation entrepreneuriale", a-t-elle ajouté.

Des médias britanniques avaient affirmé en septembre que le ministère britannique des Affaires étrangères envisageait d'inclure la Birmanie dans la visite, malgré les violences contre les Rohingyas.

Mais le programme officiel dévoilé mercredi par Clarence House n'incluait pas ce pays du sud-est, dont plus d'un demi-million de membres de la minorité musulmane ont trouvé abri au Bangladesh voisin depuis fin août, pour échapper à ce que l'ONU considère comme une épuration ethnique.

"Le gouvernement prend ses décisions sur les visites royales sur la base des recommandations du comité des visites royales, qui prennent en compte les avis du ministère des Affaires étrangères", a indiqué une porte-parole du ministère à l'AFP.

Mark Farmaner, directeur de l'organisation "Burma Campaign UK", a salué cette décision d'omettre la Birmanie.

AFP

Nos partenaires