Qui est Kate Middleton, la fiancée du prince William?

18/11/10 à 13:10 - Mise à jour à 13:10

Source: Weekend

Cette roturière vient d'accepter d'épouser William. Portrait de la potentielle reine d'Angleterre, bien (trop) discrète.

Qui est Kate Middleton, la fiancée du prince William?

© Reuters

Elle a fait la Une de tous les quotidiens européens. Elle est poursuivie par tous les paparrazzi du Royaume-Uni. Des sites de pari en ligne proposent déjà d'imaginer sa robe de mariée. Pourtant, Kate est curieusement effacée. Portrait.

Son parcours
Catherine Elizabeth Middleton vient d'accepter d'épouser le prince William, après huit ans de relation. Elle a des chances d'accéder au trône, puisque William est deuxième dans l'ordre de succession, après son père. Elle est née le 9 janvier 1982, à Reading, au Sud de l'Angleterre. Ses parents travaillent d'abord pour la compagnie British Airways, puis fondent leur propre entreprise de vente d'accessoires de fête, Party Pieces, et deviennent millionnaires. Kate entre à la prestigieuse université de St. Andrews, en Ecosse, en 2001. C'est là qu'elle rencontre William. Né le 21 juin 1982, il a quelques mois de moins qu'elle.

Love-story discrète à l'université

A St Andrews, ils habitent dans le même bâtiment et partagent leurs petits-déjeuners, mais vivent leurs histoires de coeur chacun de leur côté. Ce n'est que lorsque Kate défile pour un show de l'université, que William -et les photographes- la remarquent. Ils emménagent en colocation avec deux autres amis en 2002. Leur romance est discrète: les tabloïds ont conclu un accord avec Clarence House, le secrétariat de la famille royale, et se sont engagés à respecter la vie privée des deux jeunes princes pendant leurs études.

Sourire aux photographes

En 2004, ils officialisent leur relation lors d'un séjour au ski. Dès lors, la presse ne cessera de poser la question du mariage. William répond alors au Sun: "Ecoutez, je n'ai que 22 ans, bon sang. Je me marierai lorsque j'aurais 28 ou 29 ans." Mais l'obsession ne s'éteint pas: Kate est surnommée "Waity Katie" (patiente Katie) par la presse.


Nous "restons bons amis"
Début 2007, la rumeur se répand: William la demanderait enfin en mariage, pour ses 25 ans! Il n'en est rien mais sa demeure est encerclée de paparazzi, ce qu'elle supporte très mal. Quelques mois plus tard, Kate et William se séparent "mais restent bons amis". Ce n'est pas la première fois que le couple bat de l'aile. William, fêtard et ayant besoin de liberté, a plusieurs fois fricoté avec d'autres jeunes femmes. A l'époque, les tabloïds auraient offert à Kate 1 million de livres pour une interview-confession. Le couple se rabiboche durant l'été.

Puis tout s'accélère: le couple consolidé, la famille royale prépare celle qui a des chances d'accéder au trône à sa future fonction. Selon Vanity Fair, Kate aurait suivi un entrainement spécial paparazzi, avec visionnage de vidéos de Lady Di au programme.


Le 16 novembre, William a dégainé la bague de feu Lady Diana. Un gros saphir bleu de 18 carats entouré de 14 diamants. "Je voulais être sûr que ma mère ne manque pas ce moment", a-t-il déclaré. La première interview télévisée de Kate a révélé le son de sa voix, mais quasiment rien de sa personnalité: il y a fort à parier que, bien préparée à l'exercice médiatique, elle ne fasse pas de vagues. Les midinettes et le peuple britannique se consoleront peut-être en imaginant la robe de mariée: Kate a plusieurs fois été saluée pour son style dans de nombreux magazines.


Valentine Pétry, Lexpress.fr Styles

Big business
Les fiancailles ont fait la Une des plus grands quotidiens européens, qui se pressent de supputations: quelle robe? quels invités? quelle église? Mais le mariage est également une affaire de gros sous: 3 millions de télespectateurs sont attendus le jour de la cérémonie. En tout, les spécialistes estiment que le mariage pourrait rapporter 620 millions de livres (plus de 730 millions d'euros) à l'économie britannique. En 2006, elle est présente à la cérémonie de remise de diplôme de William. C'est sa première apparition aux côtés de la reine. D'après les analystes, la famille royale aurait voulu éviter le "syndrome Diana" et aurait intégré la jeune femme progressivement aux cérémonies officielles. La jeune femme, que l'on dit timide, se plie docilement à la doctrine monarchique: sourire aux photographes, mais ne jamais faire de déclarations. C'est d'ailleurs pour cela qu'on connaît peu sa personnalité. Elle bénéfice cette année-là de sa propre garde rapprochée, payée par les deniers royaux et est invitée aux week-ends de chasse en famille.

Nos partenaires