Terry Richardson banni par de grands noms de la mode

25/10/17 à 22:10 - Mise à jour à 22:10

Source: Afp

Après les magazines Condé Nast, plusieurs grands noms de la mode comme Valentino, Bulgari ou Diesel ont indiqué qu'ils ne travailleraient plus avec le photographe Terry Richardson, accusé depuis des années d'exploiter sexuellement ses mannequins.

Terry Richardson banni par de grands noms de la mode

Terry Richardson © REUTERS/Danny Moloshok

"Nous n'avons pas de nouvelle campagne prévue avec lui et prenons évidemment ces allégations contre Terry Richardson très au sérieux", a déclaré mardi un porte-parole de la maison de couture italienne Valentino au site d'informations The Daily Beast.

Valentino travaillait régulièrement avec Richardson, qui avait encore réalisé tout récemment pour la marque une campagne intitulée "Resort 2018", selon plusieurs sites spécialisés.

Témoin des multiples répercussions du scandale Harvey Weinstein, d'autres noms de la mode ont suivi, comme la marque de bijoux Bulgari et la marque Diesel, qui ont aussi déclaré au Daily Beast qu'elles ne retravailleraient plus avec lui.

Si la marque new-yorkaise Prabal Gurung n'a elle pas travaillé avec le photographe, son fondateur Prabal Gurung a publié un texte sur son compte Instagram, estimant important que "toutes les personnes ayant travaillé avec Terry Richardson rendent des comptes. Non pas pour les humilier mais pour comprendre leurs intentions et les raisons pour lesquelles elles ont décidé d'ignorer ses horribles agissements".

"Clairement, elles ne peuvent pas dire qu'elles ne savaient pas, car nous le savions tous".

"Je le savais moi aussi", ajoute Gurung, indiquant avoir plusieurs fois retweeté des articles sur Richardson mais sans "jamais vraiment en parler publiquement".

Le groupe Condé Nast, propriétaire de prestigieux magazines comme Vogue, Vanity Fair, ou GQ, avait confirmé mardi avoir demandé aux dirigeants des différents pays dans lequel il est implanté de ne plus faire travailler Richardson.

L'interdiction de Condé Nast est intervenue après que le Sunday Times britannique eut publié dimanche un article qualifiant Terry Richardson de "Weinstein de la mode", rappelant que des mannequins se plaignaient depuis des années de son comportement.

Nos partenaires