Aux côtés de Rania et Mathilde. Dans les coulisses d'un dîner de gala...

02/06/16 à 08:30 - Mise à jour à 07/06/16 à 07:18

Source: Royals

Privilège rare, nous avons eu la chance de nous glisser dans les coulisses d'un dîner d'Etat et d'assister aux tous derniers préparatifs de la grande réception offerte par le Roi Philippe et la Reine Mathilde à leurs hôtes d'exception : le Roi Abdullah et la sublime Reine Rania de Jordanie. Durant plusieurs jours, nos équipes ont eu l'opportunité de suivre le précieux travail des équipes du Palais. Un dîner d'Etat est l'un des événements les plus grandioses qui soit. Sous nos yeux ébahis, peu à peu, l'immense salle a commencé sa métamorphose pour offrir, le grand soir, un cadre somptueux, digne d'un conte. Vaisselle de porcelaine, verres de cristal, couverts en argent, chandeliers... Rendez-vous pour découvrir la Grande Galerie d'Honneur du Château de Laeken comme vous ne l'avez jamais vue !

Aux côtés de Rania et Mathilde. Dans les coulisses d'un dîner de gala...

© ID/Lieven Van Assche

Aux côtés de Rania et Mathilde. Dans les coulisses d'un dîner de gala...

© ID/Lieven Van Assche

L'événement était attendu avec une profonde impatience depuis plusieurs mois déjà : la visite en Belgique de Rania de Jordanie, la plus belle de toutes les reines, sans oublier bien entendu son époux, le Roi Abdullah. L'invité d'honneur lors d'une visite d'Etat est en effet le chef d'Etat reçu. Et telle que nous connaissons la Reine Rania, attirer l'attention sur sa personne ne faisait pas partie de ses préoccupations principales. La souveraine et la Reine Mathilde se sont également penchées sur les problèmes majeurs de notre époque, notamment la crise des réfugiés à laquelle la Jordanie est confrontée dans une très large mesure. Cette visite de Rania s'inscrivait dans le cadre d'une tournée européenne entamée par la reine un mois plus tôt afin de sensibiliser à la situation des réfugiés. Elle n'avait dès lors plus vu son époux depuis plusieurs semaines. Royals a obtenu l'autorisation exceptionnelle d'assister aux préparatifs de l'événement le plus important de la visite : le banquet d'Etat organisé dans la Grande Galerie d'Honneur du Château de Laeken. Nous vous emmenons à la découverte de la table la plus joliment dressée du royaume à laquelle nous vous avons bien entendu réservé une place à côté de la Reine Rania.

Aux côtés de Rania et Mathilde. Dans les coulisses d'un dîner de gala...

© ID/Lieven Van Assche

Impossible de rivaliser avec les efforts déployés par le Palais pour le dressage minutieux de la table à l'occasion d'un banquet d'Etat. Le personnel s'affaire alors à astiquer l'argenterie historique qui date des origines de la monarchie. Ces objets sont conservés dans de magnifiques coffres depuis plus de 100 ans.

Le service se composait à l'origine de couverts anglais et a été étoffé par des pièces d'orfèvrerie belges. Les verres en cristal sont gravés aux initiales de Léopold II et proviennent de la maison Soude, le précurseur du Val Saint Lambert. La collection a ensuite été étoffée par Val en personne. Les assiettes du modèle "Rocaille" ont été conçues dans la manufacture de Frédéric Faber, avant que le service ne soit complété par la maison Vermeren-Coché et plus récemment par des assiettes qui portent les initiales de l'ancien couple royal, Albert et Paola. Le dressage de la table d'un banquet débute environ une semaine avant le jour J, en plus des tâches quotidiennes. La salle vide est d'abord lavée à grandes eaux. Les tables et les chaises sont ensuite installées. Avant chaque banquet, les nappes damassées arborant les armoiries belges sont également lessivées et amidonnées. Cette tâche est délicate car certaines nappes datent de l'époque du Roi Albert Ier et Elisabeth et même des Comtes de Flandre.

Aux côtés de Rania et Mathilde. Dans les coulisses d'un dîner de gala...

© ID/Lieven Van Assche

Au cordeau

La disposition de chaque objet est très minutieusement étudiée, un dressage au millimètre. Un espace minimum de 60 cm doit être prévu entre chaque convive. La sous-assiette en argent et les couverts sont placés à 2 cm du bord de la table. Le service à dessert et les verres sont quant à eux distants de 30 cm du bord. Une ligne droite est tirée sur toute la table à l'aide d'une corde jaune fluo de sorte à aligner parfaitement chaque objet. Le dressage de la table est soumis aux règles de l'étiquette française et non à celles de l'étiquette anglo-internationale, en témoigne surtout le placement des dents de fourchettes vers le bas. L'étiquette française trouve son origine à la cour de Louis XIV. Au 17e siècle, à l'époque du Roi-Soleil, les hommes portaient des manchettes en dentelle qu'il fallait éviter de coincer dans les dents des fourchettes. On retrouve à nouveau à l'arrière de ces couverts les deux "L" gravés de Léopold. Autre caractéristique de l'étiquette française, les verres doivent être placés en ligne droite et non en oblique. Trois verres sont généralement disposés sur la table : pour le vin blanc, le vin rouge et l'eau. Lors de ce banquet, seuls du vin blanc et du champagne au dessert ont été servis.

Aux côtés de Rania et Mathilde. Dans les coulisses d'un dîner de gala...

© ID/Lieven Van Assche

Aux côtés de Rania et Mathilde. Dans les coulisses d'un dîner de gala...

© ID/Lieven Van Assche

Le secret de Rania

La décoration de la table est bien entendu très solennelle mais doit refléter une grande sobriété pour les banquets d'Etat. Habituellement, d'imposants bouquets de fleurs sont placés dans les seaux à champagne et sur les plateaux en argent. Mais la cour jordanienne avait spécifiquement demandé qu'aucune fleur ne soit utilisée dans la décoration de la table en raison de l'allergie au pollen de la Reine Rania. Les bouquets ont été remplacés par des fougères. Les grands chandeliers en argent ont quant à eux apporté une touche festive supplémentaire.

Où est ma place ?

La Grande Galerie d'Honneur du Château de Laeken peut accueillir aisément 173 convives. A l'occasion de cette visite d'Etat, 153 personnes avaient été invitées. En Belgique, les tables d'un banquet d'Etat sont généralement disposées comme les dents d'un peigne. Les chefs d'Etat s'assoient l'un à côté de l'autre et ont comme autre voisin de table l'époux ou l'épouse de leur homologue. Les quatre principaux convives prennent place sur des chaises à dossier plein, tandis que celles des autres invités sont dotées d'un dossier à barreaux. La place de chaque personne est également désignée à l'aide d'un porte-nom, retiré dès le début du discours du Roi Philippe. Les convives reçoivent aussi un livret contenant les discours prononcés par les chefs d'Etat et le menu dans les trois langues nationales ainsi que dans celle du pays reçu. Cette fois, l'anglais avait été choisi pour la Jordanie.

Aux côtés de Rania et Mathilde. Dans les coulisses d'un dîner de gala...

© ID/Lieven Van Assche

MENU servi à l'occasion du banquet d'Etat en

l'honneur du Roi Abdullah et de la Reine Rania de Jordanie

Consommé glacé, crevettes de Zeebruges et tomate du pays

Homard de l'Oosterschelde en vapeur d'herbes citronnées

Moelleux au chocolat noir de noir

Vin : Viré-Clessé, Mâcon 2007

Laquais historiques

Le service a de nouveau été confié à la célèbre école hôtelière Ter Duinen de Coxyde. Les élèves s'exercent à plusieurs reprises durant l'après-midi afin que chacun joue parfaitement son rôle lors du banquet. Pour remplir leur tâche, ils sont également vêtus des magnifiques uniformes de laquais, une reproduction commandée par la Reine Paola de ceux employés à l'époque de Léopold II. Les élèves savent à présent qu'au palais, les assiettes sont déposées par la gauche et non par la droite, comme tel est généralement le cas. L'entrée et le dessert ont été servis simultanément à la table d'honneur et aux autres convives. Le plat principal a pour sa part été soumis à une règle protocolaire. Le Roi Abdullah, hôte d'honneur, a donc été servi en premier, puis est venu le tour de son épouse, du Roi Philippe et, enfin, de la Reine Mathilde. Selon l'étiquette, les rois commencent leur repas en premier et attendent que l'ensemble des convives ait terminé. Un banquet officiel se prolonge parfois plusieurs heures, mais cela fait partie de la tradition. Ce genre d'événement n'est en effet pas un dîner convivial entre deux couples mais surtout l'occasion officielle de réaffirmer les liens d'amitié qui unissent les deux pays.

Aux côtés de Rania et Mathilde. Dans les coulisses d'un dîner de gala...

© ID/Lieven Van Assche

Fin de soirée informelle

A l'issue du banquet, les souverains et leurs convives se sont à nouveau rendus dans le Foyer du Théâtre où ils avaient pris l'apéritif en début de soirée. Bien qu'habitués au faste, le Roi Abdullah et la Reine Rania ont été manifestement impressionnés par ce cadre unique. Toutes et tous ont alors pu entamer des discussions moins formelles, sans toutefois s'attarder. Une journée chargée attendait en effet les souverains lors de leur deuxième journée en Belgique. Une visite d'Etat n'est pas un voyage placé sous le signe du tourisme. Aucun doute cependant sur le fait que cette visite de deux jours aura permis de resserrer les liens entre la Jordanie et la Belgique.

En savoir plus sur:

Le Club du Livre
La reliure
La boutique de la Cour

Nos partenaires