La confession touchante de la Princesse Tessy

09/02/17 à 00:30 - Mise à jour à 17/02/17 à 09:30

Source: Royals

Après dix ans d'un mariage que nous pensions parfait et couronné par la naissance de deux merveilleux petits garçons, le Prince Louis et la Princesse Tessy ont annoncé leur décision de divorcer. Rien, ni dans leurs attitudes ni dans leurs activités, ne laissait présager une si triste issue. Fidèle à sa réputation de discrétion et de silence, la cour n'a pas souhaité communiquer davantage, priant instamment la presse de préserver l'intimité du couple et de leurs enfants. Seule Tessy a souhaité s'exprimer. Reportage.

La confession touchante de la Princesse Tessy

© Cour Grand-Ducale/Hana Noguchi

Journalistes royaux ou fidèles lecteurs, la nouvelle en a surpris plus d'un. Elle est pourtant officielle. Par un communiqué du Palais grand-ducal, le Prince Louis (30 ans) - troisième fils du Grand-Duc Henri et de la Grande-Duchesse Maria Teresa - et son épouse, la Princesse Tessy (31 ans) ont fait part de leur décision de divorcer. Tout avait pourtant si bien commencé...

Impossible de ne pas se souvenir de ce carnet d'images, couleur de l'amour. Nous sommes le 29 septembre 2006, à la sortie de l'église de Gilsdorf. Sous son bustier de dentelles, la belle Tessy tressaille d'émotions. Impossible de retenir ses larmes. Ce mariage n'est pas simplement un mariage princier. Il est la victoire de l'amour. Au grand-duché, c'est la première fois qu'un prince de sang se marie après avoir fondé une famille. Parce que si la blondissime jeune femme vient d'intégrer officiellement les rangs très fermés de la première famille du Luxembourg, il y a six mois déjà qu'elle est mère de famille, la maman d'un petit garçon, Gabriel, né le 12 mars, fruit des amours clandestines du prince et de la belle demoiselle. Où, quand et comment, dans quelles circonstances précises, se sont rencontrés le troisième fils du grand-duc et la charmante jeune femme ? Il semble bien que ces détails fassent désormais partie du passé, le commencement d'une love story, si émouvante pourtant, que le couple princier veut aujourd'hui effacer de sa mémoire. Et de son coeur.

Je ne suis pas née dans un palais...

En mai 2014, le prince et la princesse obtenaient, en présence des souverains, leurs diplômes de fin d'année universitaire à l'Université américaine internationale de Londres. Tandis que le prince décrochait un BA en arts de la communication choisissant de traiter, comme mémoire, les campagnes de publicité dans le domaine humanitaire, la princesse avait privilégié les relations internationales et s'était penchée, avec la rigueur qu'on avait appris à lui connaître, sur la montée des nationalismes en Europe. Radieux, visiblement très satisfait, le couple, installé à Londres, en avait profité pour répondre à nos questions. "Depuis notre rencontre, nous avons toujours vécu dans une parfaite union. L'accueil de notre petit Gabriel a été, pour nous, une grande bénédiction", nous confiait la princesse. "Le soutien que nous avons reçu de mes parents et de mes beaux-parents nous a donné, d'emblée, la sérénité et l'harmonie familiale dont tous les futurs parents ont besoin. Je ne suis pas née dans un palais, je ne suis pas une princesse de sang, ce fut, pour moi, un immense honneur de faire partie de la famille grand-ducale, mais le plus important n'est pas là. L'essentiel, le plus touchant, est que je suis entrée dans une famille unie. Une famille qui m'a accueillie les bras ouverts, ce qui explique que je n'ai jamais ressenti la moindre difficulté à me glisser dans mon nouveau statut." Au détour d'une question, la jeune femme acceptait même d'évoquer avec nous son mariage, célébré huit ans plus tôt : "L'image que je retiens est celle de mon futur époux au pied de l'autel. Lorsqu'il m'a aperçue, le regard avec lequel il m'a accueillie était rempli d'amour. Jamais je ne l'oublierais." Et le prince de renchérir : "Les images que je garde de cette journée sont nombreuses. Très touchantes. Cette union religieuse, l'instant où j'ai uni ma vie à celle de la personne que j'aime était pour moi la plus belle des choses qui pouvait m'arriver. Nous allions recevoir le sacrement qui allait nous unir pour la vie."

Un mariage féerique, comme dans les contes de fées. Mais surtout, une victoire de l'amour.

Un mariage féerique, comme dans les contes de fées. Mais surtout, une victoire de l'amour. © Isopix/Sipa Press

Gabriel et Noah, un bonheur plus complet encore...

"Unis pour la vie", c'était, en effet, l'image que renvoyait le couple. Le 21 septembre 2007, l'épouse du Prince Louis donne la vie à un second fils, baptisé Noah. Hormis quelques clichés, les mariés refusent tout entretien, comme pour protéger ce fragile bonheur qui vient de naître. Au sujet de la naissance de ses deux fils, Tessy confiera plus tard : "A chaque fois, notre vie a été transformée ; notre bonheur plus complet encore." Le 23 juin 2009, jour de la fête nationale, près de trois ans après le mariage princier, le grand-duc gratifie sa nouvelle belle-fille du titre de Princesse de Luxembourg, Princesse de Nassau et Princesse de Bourbon de Parme. "Je me souviens de cette journée avec une immense gratitude et beaucoup de joie", révélait encore la jeune femme. "Ce fut aussi un instant précieux dans la vie de mon mari. J'espère me montrer toujours à la hauteur de la confiance que mes beaux-parents ont placée en moi."

"L'amour qui nous unit..."

Courageux, motivé, obstiné, après deux années passées aux Etats-Unis où le prince a suivi une formation en Aeronautics and Aeronautical Management lui ayant permis d'obtenir un Private pilot certificate, le couple qui fait décidément tout à l'envers gagne maintenant la Grande-Bretagne, avec ses enfants, pour s'inscrire, ensemble, à l'Université américaine internationale de Londres. Une question est alors sur toutes les lèvres : comment la jeune femme parvient-elle à concilier un agenda d'étudiante aux obligations d'une jeune mère ? "Je dirais simplement que le soutien et l'aide de mon mari importent beaucoup. Pour le reste, l'amour qui nous unit et la joie que nous apportent nos enfants, nous donnent la force de franchir toutes les étapes de notre vie." Des étapes qui concernent surtout leurs enfants. Les mots de Tessy ne sont pas vains. Ils sont vrais. Ainsi, chacun peut-il le remarquer lors des apparitions officielles du jeune couple. Le 24 mai 2014, main dans la main, tout sourires, ils entourent le Prince Gabriel pour sa première sainte communion. Juchée sur de hauts talons, dans un élégant ensemble couleur vanille bourbon, Tessy n'a de cesse de veiller sur ses deux fils. Très touchant, le couple ne semble jamais vouloir se distancer, multiplie les gestes d'affection. En ce jour d'émotion, Tessy, visiblement très émue, s'entretient longuement avec sa nouvelle belle-soeur, la ravissante Princesse Claire, l'épouse du Prince Félix, qui commence à afficher les premiers signes de rondeur de sa première grossesse. D'où une question, légitime : Louis et Tessy désireraient-ils un troisième enfant ? Toujours rien à l'horizon en tout cas deux ans plus tard, le 28 mai 2016, pour la sainte communion du Prince Noah cette fois. La cérémonie est la même. Les sourires aussi. Et l'amour semble toujours au rendez-vous. La presse souligne la grande élégance de la jeune mère qui, ce jour-là, a opté pour une robe déstructurée du plus bel effet.

"Peu importe ce que l'avenir nous apporte, Louis est et sera toujours, pour moi, une source d'inspiration"

C'était il y a moins de huit mois. Que s'est-il passé depuis ? Secret de cour ! Tout cela était-il déjà de la comédie ? Pas sûr ! Bien au contraire semble-t-il. A l'instar de nombreux membres de Maisons royales, la Princesse Tessy tenait un compte Instagram (actuellement fermé) sur lequel elle publiait des photos de sa famille, de ses enfants, de ses activités, du Luxembourg. Tout récemment, de nombreux internautes s'interrogeaient sur l'absence du Prince Louis à de nombreux événements officiels. Sous une photo de famille, Tessy avait écrit ce commentaire : "Je veux partager certains de mes sentiments envers Louis. Louis est un être humain très spécial et il est un papa incroyable. J'essaierais toujours de l'aider de mon mieux afin qu'il puisse réaliser ses rêves. Sa vie n'a pas été facile. Par conséquent, il essaie de donner à nos enfants une vie normale et équilibrée en les laissant, autant que possible, être des enfants. J'admire tellement cet homme-là. Peu importe ce que l'avenir nous apporte, il est et sera toujours pour moi une source d'inspiration."

"Une infinie tristesse"

L'époque des jours heureux. Personne n'a vu s'écrire le mot "fin" de la belle histoire d'amour du couple princier de Luxembourg.

L'époque des jours heureux. Personne n'a vu s'écrire le mot "fin" de la belle histoire d'amour du couple princier de Luxembourg. © Cour Grand-Ducale/Hana Noguchi

Si les mots sont touchants, d'emblée, ils suscitent le questionnement. Que veut donc dire la princesse par "un être humain très spécial" ? Fait-elle allusion à ses problèmes de dyslexie qui l'ont longtemps handicapé ? Face aux nombreux points d'interrogation, la princesse ne répondra pas. Aucune rumeur ne filtre pourtant. Aucun bruit de mésentente, de séparations. Le 18 janvier, à 18 h, lorsque tombe le communiqué adressé par le Palais grand-ducal, c'est la surprise, l'incrédulité. La déclaration, sibylline, annonce la décision du jeune couple de divorcer et rappelle qu'il s'agit d'un événement familial privé, priant donc ainsi chacun de respecter l'intimité des futurs ex-mariés et de leurs enfants. Où sont donc passées les belles promesses de Tessy, ses voeux en l'avenir ?

La cour grand-ducale n'est pas connue, on le sait, pour le lyrisme et l'éloquence de ses déclarations. La presse luxembourgeoise avance néanmoins, dans son édition du lendemain, que la grande-duchesse s'est résignée à faire part de la nouvelle avec "une infinie tristesse". Pas étonnant pour une mère latine, très proche de ses enfants.

Au pays du silence national brut, réaction il va y avoir pourtant. Elle ne viendra pas du Palais cette fois, mais de Tessy elle-même. Comme si la décision de prendre la parole de son propre chef en s'adressant, en personne, à la presse marquait déjà une rupture avec l'institution royale. De Londres, où elle est installée depuis ses études, elle publie : "Je suis très triste de confirmer que Louis et moi allons divorcer après être restés ensemble pendant douze ans. Il est extrêmement triste pour nous deux de constater que nous devrons chacun faire notre route de notre côté." La princesse termine sa déclaration en précisant que par le billet de leurs deux fils, elle restera "unie, à jamais" à son ex-époux.

De nombreuses questions

L'annonce laisse, à chacun, un goût amer. Et de nombreuses questions. Qui a décidé de rompre ? Pour quelles raisons ? Quelles circonstances ? Pourquoi la princesse est-elle la seule à prendre la parole ? Si certains y voient un geste de reconnaissance de la décision qui vient d'être prise - en d'autres mots, selon eux, ce serait Tessy et non Louis qui aurait décidé de rompre - d'autres perçoivent le silence du prince comme un aveu de culpabilité. Si aujourd'hui, tous deux vont devoir "faire leur route chacun de leur côté", c'est parce que Louis s'est fortement distancé, ayant succombé aux charmes d'une autre demoiselle. Affabulations ? Vérité ? Bien informé, ou délateur, qui pourrait le dire ? D'ailleurs, ces détails relèvent de la vie privée du couple ! En revanche, une autre question aurait le mérite d'être posée. Tessy va-t-elle conserver son titre de princesse et son prédicat d'Altesse Royale ? Si, au regard de la Constitution, ce dernier devrait lui être retiré, on sait que seul le chef de maison, à savoir le Grand-Duc Henri, a ce pouvoir de décision. On sait aussi que la jeune femme était fort appréciée du couple souverain.

Quel avenir

Au regard de l'histoire, au Luxembourg, Louis et Tessy ne sont pas les seuls membres de la maison souveraine à connaître l'épreuve divorce. En 2004, le Prince Jean - deuxième fils du Grand-Duc Jean et de la Grande-Duchesse Joséphine-Charlotte - divorçait avec Hélène Vestur. Le couple était marié depuis le mois de mai 1987. Aujourd'hui, malgré cette séparation et le remariage du prince, en mars 2009, avec Diane de Guerre, Hélène Vestur est toujours, très régulièrement, invitée aux événements familiaux et officiels du grand-duché.

Quel avenir attend Tessy Antony ? Pour l'heure, seuls le bonheur et la tranquillité de ses enfants semblent primer. Appréciée par de nombreux Luxembourgeois, jamais, la belle roturière n'a failli dans son rôle de mère. Si le petit jeu des comparaisons peut, très vite, s'avérer dangereux, difficile néanmoins de ne pas rapprocher la bientôt ex-épouse du Prince Louis à une autre jeune princesse du gotha, au parcours tout aussi similaire, l'ancienne Princesse Alexandra de Danemark, épouse divorcée du Prince Joachim. Au lendemain de la séparation de son deuxième fils, la Reine Margrethe, on s'en souvient, avait immédiatement titré son ex-belle-fille "Comtesse de Frederiksborg" et lui avait offert une vaste villa afin qu'elle puisse continuer à élever ses deux enfants, les Princes Nikolai et Felix. Si la nouvelle comtesse s'est, d'emblée, quelque peu distancée de la vie à la cour, malgré sa nouvelle vie, elle a néanmoins continué à prendre part à certains grands événements, comme, par exemple, au remariage de son ex-mari, en mai 2008, avec la Française Marie Cavalier. Jamais Alexandra n'a dénigré la famille royale. Jamais elle n'a défrayé la chronique. Menant la vie d'une femme active et contemporaine, elle a toujours veillé à rester en phase avec le monde qui fut le sien. Espérons que Tessy, malgré sa tristesse, malgré sa déception, puisse garder la tête haute, affronter l'avenir, et voir en la Comtesse de Frederiksborg un exemple à suivre. Même au coeur de la tempête.

Newsletter

Toutes les nouvelles des familles royales dans votre mailbox? Inscrivez-vous à notre newsletter.

Le Club du Livre
La reliure
La boutique de la Cour

Nos partenaires