Sebastian Faulks

19/06/08 à 16:00 - Mise à jour à 15:59

Source: Weekend

La flamme romanesque est ranimée... Avec Le diable l'emporte, l'écrivain britannique Sebastian Faulks, choisi par les héritiers de Ian Fleming, relance, pour le plus grand bonheur des fans, les aventures de 007. Weekend a rencontré, à Londres, le nouveau père de James Bond.

Le 28 mai 1908 naissait Ian Fleming. Un siècle plus tard, la créature sortie de son imagination est devenue un mythe : l'espion le plus célèbre de tous les temps ; le mâle que tout homme rêverait d'être, que chaque femme aimerait séduire... On a pourtant tendance à l'oublier : avant d'être un héros de cinéma, James Bond 007 fut un ¬personnage de papier. Et son créateur, admiré en son temps par Raymond Chand¬ler et John Fitzgerald Kennedy, révo¬lu¬tionna le roman d'espionnage - à l'instar de ses modèles Eric Ambler et John le Carré. A la mort de Fleming, en 1964, Casino Royale, Dr No, Opération Tonnerre, On ne vit que deux fois et autres Goldfinger s'étaient déjà écoulés à 27 millions d'exemplaires, en dix-huit langues. Depuis, ses quatorze romans ont dépassé les 100 millions d'exemplaires et, statistiquement, un être humain sur deux a vu l'une de leurs adaptations au cinéma.

"Un héros, un méchant, une femme fatale et voici le livre", écrivit Fleming pour expliquer le phénomène jailli de sa propre expérience d'espion pendant la Seconde Guerre mondiale. La Grande-Breta¬gne fête le centenaire de ce monument national avec deux expositions londoniennes, dont une à l'Imperial War Museum - et une pléthore de publications, parmi lesquelles la réédition de l'intégrale de son oeuvre (comprenant un livre pour enfants et deux recueils de reportages), les Mé¬moires de Miss Moneypenny et un passionnant essai de l'historien Simon Win¬der, James Bond, l'homme qui sauva l'An¬¬gle¬terre (Demo¬polis).

Autre événement très attendu : la sortie d'un roman que n'espéraient plus les adorateurs de James Bond : la suite de ses aventures... Entretenir la flamme romanesque revient désormais à l'écrivain britannique Sebastian Faulks, choisi par les héritiers de Ian Fleming. L'auteur du nouveau James Bond, Le diable l'emporte, a reçu Weekend à Londres, dans son bureau de Kensington, en jeans et baskets, sourire aux lèvres. Autour de son ordinateur, les portraits de Tolstoï et de Charles Dickens.

Comment avez-vous découvert James Bond ?
Sebastian Faulks : Tout d'abord en lisant les romans de Ian Fleming, lorsque j'étais à l'école, dans les années 1960. Un ami indien m'a parlé du personnage. J'ai vu les films ensuite. Concernant les romans, j'ai eu du mal avec Bons baisers de Russie. Je trouvais l'action trop lente. C'est le premier James Bond que j'ai lu. J'avais 12 ans.

Ces livres étaient pourtant interdits à l'école...
C'est vrai. Notre proviseur était très autocratique. Il exigeait de signer chaque ouvrage introduit dans l'enceinte de l'école. S'il ne le signait pas, il le confisquait et le renvoyait ensuite à nos parents. Il signait parfois des James Bond s'ils lui paraissaient respectables. Il fallait évidemment éviter les filles déshabillées en couverture.

Quel est, pour vous, le meilleur roman de Ian Fleming ?
J'adore Moonraker. Il est différent des autres. Le dénouement se passe en Angleterre. J'aime également Au service secret de sa Majesté - mais surtout certains passages car aucun James Bond n'est parfait. Dans quelques-uns, Fleming introduit une dimension de danger national qui me plaît. Si Bond n'agit pas, on frôle le conflit international. Mais le rythme est souvent trop lent. D'autres sont des histoires criminelles, comme Les diamants sont éternels, Vivre et laisser mourir ou Goldfinger. Bond est alors un flic, il essaie de démanteler des gangs. Ces histoires sont plus enlevées, mieux rythmées. Mon ambition était de lier les deux styles, écrire une intrigue avec le rythme rapide des romans criminels, et traversée par la sensation de danger des romans d'espionnage de Fleming.

Est-il vrai que vous avez eu envie de devenir écrivain en lisant George Orwell ?
On dit aussi que j'ai été chauffeur de taxi... Ce n'est ni vrai ni faux. En ce qui concerne Orwell, c'est vrai. C'est un immense écrivain, qui maniait un style anglais très pur. Ce style, il l'a développé, en partie, pour des raisons politiques. Il voulait être compris par le plus grand nombre de lecteurs, y compris ceux qui n'avaient pas une culture très poussée. Il est exemplaire, concis, clair : un modèle pour le journalisme contemporain. C'est un auteur essentiel du XXe siècle anglais. J'aime son élégance. Si vous relisez La ferme des animaux ou 1984, vous découvrirez pourtant que ce n'est pas un grand narrateur, il a du mal à développer ses personnages. Mais ses ouvrages ont fait prendre conscience de la nature du totalitarisme dans nos sociétés. Ils ont eu un rôle essentiel et une influence majeure.

Plus jeune, rêviez-vous d'écrire un jour un James Bond ?
Pas du tout. J'étais plutôt fasciné par George Orwell. Vers l'âge de 15 ans, j'ai décidé de devenir écrivain. Et je voulais écrire des livres sérieux. Mais si j'avais su à l'époque qu'on me demanderait d'écrire une histoire de James Bond, j'aurais évidemment été très excité par la perspective. Quand les héritiers de Fleming m'ont commandé cet ouvrage, j'avais 52 ans. J'étais plus perplexe qu'enthousiaste, car ce n'est pas le genre de livre que j'écris d'habitude. Par exemple, L'empreinte de l'homme est un roman sur les débats scientifiques du XIXe siècle. En fin de compte, je me suis piqué au jeu. Je me suis dit : "Si je trouve une bonne histoire qui fonctionne, pourquoi pas ?" Et puis : "Le diable l'emporte et L'empreinte de l'homme seront les deux romans les plus dissemblables jamais publiés, et pourtant écrits par une même personne." Cela a fini par m'amuser.

Pourquoi les héritiers de Ian Fleming vous ont-ils choisi ?
Je ne sais pas vraiment. Le grou¬pe de personnes qui s'occupe des affaires littéraires de Fleming s'appelle Ian Fleming Publications Ltd. C'est l'une des responsables, Corinne Turner, qui m'a choisi. Elle aimait, paraît-il, mes livres et mon aisance à raconter des histoires en changeant d'époque.

Vous avez aussi publié un livre de parodies, intitulé Pistache, dans lequel vous imitez entre autres Ian Fleming...
Je ne suis pas certain que ces gens connaissaient Pistache. C'est un petit livre basé sur un programme de radio. On doit faire une parodie, écrire à la manière d'un écrivain (lire l'encadré page...). Cette personne a peut-être effectivement entendu ce programme et compris que je pouvais écrire à la manière de, emprunter la plume d'autres écrivains...

Comment définiriez-vous le style de Fleming ?
Ce n'est pas très difficile à cerner. Mes études de littérature anglaise et d'analyse de textes m'ont bien aidé. En fait, Fleming écrit comme un journaliste. Les phrases sont courtes. Il y a peu d'adjectifs, peu d'adverbes. Il utilise beaucoup de verbes actifs. C'est le style d'un journaliste de quotidien. Bien sûr, il possède sa propre idiosyncrasie. Il se lance dans de longues descriptions lorsqu'il parle de trains, d'avions, de bateaux. Il décrit plus les machines que les femmes ! (1) Ce fut très facile de me fondre dans son style. Certains écrivains sont difficiles à parodier. J'ai essayé avec John Grisham mais ce fut impossible car il n'a pas de style propre. Pour Le diable l'emporte, j'ai lu un article de Ian Fleming Comment écrire un thriller et cela m'a énormément aidé. Il y décrivait sa routine quotidienne et révélait son secret : écrire vite, à raison de 2 000 mots par jour. Il passait peu de temps aux corrections. Le truc, pour lui, c'était d'écrire coûte que coûte, garder le rythme, ne pas s'arrêter. Il achevait un James Bond en six semaines. J'ai suivi ses consignes : j'ai écrit 2 000 mots par jour et j'ai rédigé mon roman en six semaines.

Avez-vous effectué un travail de préparation ?
D'abord, j'ai relu tous les ouvrages de Fleming de façon chronologique. J'ai observé l'évolution des personnages, j'ai analysé les tournures de phrase. Il m'a fallu quatre semaines pour lire les quatorze romans. Puis deux semaines pour rédiger un synopsis que j'ai envoyé à sa famille. Au total, il y eut six semaines de préparation et six semaines de rédaction. Ensuite j'ai testé mes écrits sur Internet. Vous savez, il y a des forcenés de Bond autour du monde. Je voulais être certain d'être au point avec les armes, les avions... J'avais besoin d'une relecture plus technique, dirais-je. J'ai surtout fait des recherches sur les pays où se déroule mon histoire.

Vous évoquez Sarcelles au début de votre livre. Vous connaissiez ?
Mon éditeur français m'a renseigné. Je cherchais, pour mon intrigue - qui se déroule dans les années 1960 -, une banlieue parisienne célèbre à l'époque. Il m'a proposé trois lieux. J'ai regardé sur une carte et j'ai choisi.

Et êtes-vous allé en Iran, toile de fond de ce roman ?
Pas encore. Je me suis promis d'y aller. Je n'avais pas le temps nécessaire lorsque j'écrivais. Il y a une ville, à la frontière avec l'Afghanistan, où se déroulent les échanges de drogue. Sur le Net, j'ai trouvé un petit film incroyable tourné là-bas. Quelqu'un marchait dans les rues, une caméra à la main. J'ai pu tout voir, les habitants, les maisons, entendre les sons... La seule chose qui manquait était l'odeur : peut-être des senteurs d'opium, de poussière, d'oranges...

Pourquoi avoir choisi l'Iran ?
Je voulais avant tout un pays non utilisé par Ian Fleming. Il me fallait un peu d'originalité. Je ne pouvais pas choisir le Japon, par exemple. Fleming n'aimait pas du tout le Moyen-Orient, ce qui est surprenant car dans les années 1960, le Liban, par exemple, était un endroit considéré comme "glamour". J'ai voulu que mon roman se déroule dans un pays intéressant à l'époque, mais également aujourd'hui. L'histoire se passe en 1967 et l'Iran d'alors était en paix. On y parlait de voitures, de discothèques, de cocktails. Les femmes n'étaient pas voilées. Quarante années se sont écoulées depuis. Les lecteurs vont se dire : "Ah bon, l'Iran c'était comme ça ? Waouh !" Il y a aussi l'Union soviétique. Bond avait déjà effectué un bref séjour en Russie. J'ai voulu le replonger dans ce pays, montrer à quel point c'était dangereux pour lui, en pleine guerre froide. C'est une contrée si vaste. Même si les jeunes lecteurs ne se souviennent pas du communisme, ils savent toutefois que la Russie est un pays menaçant, puissant et imprévisible, où règne le crime. Si vous demandez à un politicien occidental quels sont les pays qu'il redoute le plus au monde, la Russie et l'Iran arriveront en tête de ses réponses. C'est pour cela que je les ai choisis.

Pourquoi avez-vous situé l'action dans les années 1960 ?
Quand j'ai commencé à écrire, j'ai eu du mal à situer mon récit dans le monde contemporain. La raison principale est le style que j'ai décidé d'employer. Mais il faudrait peut-être demander à un psychanalyste pourquoi j'ai ce besoin de raconter une histoire au passé, de remonter le temps... Le premier de mes livres situé dans un passé lointain fut The Girl at the Lion d'or (NDLR : non traduit en français). Il se déroule en 1936 et raconte l'histoire d'une jeune serveuse dans un hôtel français. Une bonne partie de mes livres se situent d'ailleurs en France. On me demande souvent pourquoi. Là non plus, je n'ai pas vraiment de réponse.

Vous sentez-vous des points communs avec Ian Fleming ?
Je n'ai pas trop fouillé dans sa vie. Pour être franc, je n'en avais ni le temps, ni l'envie. Ce n'est un secret pour personne : Ian Fleming n'était ni heureux, ni très sympathique. Je ne voudrais pas offenser sa famille mais on a souvent parlé d'un homme tourmenté et pas toujours apprécié. Ce qui m'a intéressé, avant tout, c'est James Bond. Dans ce pays - c'est terrible - on a oublié que les écrivains créent des histoires, des personnages. Pour les journalistes, ce qu'écrit un auteur est fatalement autobiographique. C'est de la pure fainéantise intellectuelle !

Vous n'avez donc pas lu la biographie de John Pearson consacrée à Fleming ?
Non. Et je n'en vois pas l'utilité. Evidemment, on pourrait me répondre que si j'avais enquêté sur la vie de Fleming j'aurais peut-être mieux cerné Bond et réussi à l'ouvrir de l'intérieur. Je n'y crois pas un seul instant. Ce qui importe, c'est l'histoire. La véritable part de création, c'est la narration.

Comment expliquez-vous le succès de ses romans ?
Ils ont été publiés à la fin des années 1950. On sortait de la Seconde Guerre mondiale, du rationnement alimentaire. Fleming offrait donc des expériences nouvelles, auxquelles les gens ne pouvaient avoir accès. A l'époque, les Anglais ne voyageaient pas sur de longues distances, on ne connaissait pas encore les "offres de vacances", avec vol et hôtel à la clé. Les lecteurs des James Bond avaient envie d'évasion, de partir à l'étranger. Ils buvaient de l'alcool bon marché, dans des pubs sinistres, ne sortaient pas avec des filles splendides et ne pouvaient s'offrir un billet d'avion. Or Bond faisait tout ça à leur place. Il brûlait la vie par les deux bouts. Et puis, il incarnait une sorte d'idéal pour les hommes et les femmes de l'Angle¬terre d'alors. Ses aventures étaient excitantes. Il y a enfin un dernier aspect : son incarnation à l'écran. Des millions de jeunes gens vont voir Daniel Craig sans avoir la moindre idée de qui est Ian Fleming. Au Japon, au Venezuela, en Irak, ils n'ont sans doute jamais entendu parler de cet auteur mais ils connaissent tous James Bond.

Pensez-vous que 007 soit typiquement "british" ?
L'Empire britannique a produit des individus tellement différents qu'il est difficile de répondre. Mais je ne crois pas. Bond est un homme plein de ressources, qui peut se sortir de n'importe quelle situation. C'est aussi un homme très loyal et un bon vivant. Si vous pensez que ces caractéristiques peuvent s'appliquer aux Anglais, alors je vous répondrai oui.

Certains pensent que James Bond est politiquement de droite...
Je suis assez d'accord. Si Bond avait pu voter en 1964, il aurait probablement voté conservateur. Ses attitudes sociales ne sont pas celles d'un libéral. Il a une façon presque démodée d'approcher les femmes, n'est pas très ouvert sur l'homosexualité. Et il juge certains pays douteux. Il n'a jamais exprimé aucune couleur politique mais il est, c'est flagrant, plutôt de droite.

Et vous, vous situez-vous plus à gauche ?
Pas spécialement. Aux dernières élections, j'ai voté pour le Parti ¬libéral-démocrate parce qu'il était le seul à être hostile à la guerre en Irak.

Avez-vous lu Colonel Sun, le James Bond écrit par Kingsley Amis, sous le pseudonyme de Robert Markham, après la mort de Ian Fleming ?
Non. Je voulais m'éviter toute confusion. J'ai connu Kingsley Amis, un homme extrêmement drôle. On m'a dit que son James Bond était un héros très triste. Comment un homme aussi spirituel a pu concevoir un Bond sans joie ? Je n'ai pas voulu lire les ¬interprétations de Bond par d'autres auteurs (2). J'avais besoin de sentir Fleming, penché sur mon épaule, chuchotant ses mots à mon oreille.

Barbara Broccoli, la productrice des films de James Bond, a-t-elle lu votre roman ?
Après avoir reçu les épreuves, elle a envoyé un e-mail à Corinne Turner disant qu'elle aimait le livre et qu'elle n'aurait pas été étonnée de trouver cette intrigue sur le bureau de Fleming, juste après sa mort. C'est une véritable reconnaissance. Car j'ai ¬vraiment tenté d'écrire exactement com¬me lui.

Aviez-vous les films à l'esprit quand vous l'avez écrit ?
Pas vraiment. Les films pratiquent toujours une économie narrative. Vous avez juste besoin de deux répliques et vous regardez l'image. Ecrire un roman, ce n'est pas jouer avec des personnages, avec des situations... C'est raconter une histoire. D'un autre côté, je fonctionne de façon cinématographique. J'essaie de sauter le plus rapidement d'une scène vers une autre.

Quel acteur incarnant James Bond avez-vous préféré au cinéma ?
Sean Connery est de très loin mon favori. Et j'aimais bien la musique du générique. C'était le début de l'aventure. On savait enfin qu'on y était, pour 90 minutes de plaisir. Je n'ai pas vu les films avec Pierce Brosnan mais le dernier, avec Daniel Craig, je l'ai trouvé très bien. La chronologie est maintenant brisée. Ce qu'ils ont fait est intelligent. Ils ont modernisé le héros. Sean Connery, puis Roger Moore, sont deux images classiques de Bond. Pierce Brosnan restait dans la continuité. Avec Daniel Craig, on passe à quelque chose de radicalement différent. L'homme est petit, costaud - son corps n'est pas naturel, il doit passer des heures dans les salles de musculation. C'est visiblement un film destiné aux adolescents. Ils découvriront avec surprise qu'il existe également des livres sur James Bond.

Quelle différence apportez-vous par rapport aux films ?
Le personnage a évolué depuis ses débuts. Aujourd'hui, il appartient plus au monde de la bande dessinée qu'à la littérature. Il a rejoint le rang des superhéros, avec les gadgets, les effets spéciaux... Il est devenu une sorte de Batman ou de Super¬man. Moi, j'aime avant tout la vulnérabilité de James Bond. Pas le fait qu'il soit un héros. Je l'imagine habillé normalement, sans arme sophistiquée. Je lui ai donc redonné sa dimension humaine, avec ses faiblesses, tel qu'on le trouvait dans les romans de Fleming, à qui j'ai voulu rendre hommage.

Le livre est une commande : quelle est la nature de votre contrat ?
Un avenant avec les héritiers de Fleming stipule que je partage avec eux à 50 %. Et mon agent touche 20 % sur mes droits. Si vous voulez savoir quel est le montant de mon à valoir, il varie évidemment selon les pays : 4 000 £, 6 000 £, 3 000 £, 4 000 $... (5 000, 7 500, 3 750, 2 535 euros) Ce livre est vendu dans plus de pays que mes autres romans mais les avances perçues sont plus petites.

Si Le diable l'emporte est adapté au cinéma, aimeriez-vous travailler sur le scénario ?
Bien sûr ! Nous avons déjà évoqué cette possibilité. Mais la question reste contractuellement compliquée. J'ai seulement un contrat d'édition. Dans le cas d'une adaptation cinématographique, ce sont deux nièces de Fleming qui s'en occupent. Je ne connais pas la nature précise des arrangements. C'est complexe et cela fonctionne indépendamment. Et puis les attentes sont différentes. Au cinéma, on fait de l'argent avec les produits dérivés. Ils peuvent penser : "Ce livre est réussi ! Vraiment dans l'esprit de Fleming, avec de l'action, des filles sexy ! Mais pourra-t-on en tirer un super jeu vidéo ?" Les décisions dépendent de facteurs commerciaux qui m'échappent. Mais je serais ravi si ce livre était adapté au cinéma.

Quelle actrice choisiriez-vous pour le rôle de Scarlett, votre James Bond girl ?
Si vous avez une idée, je suis preneur... Personnellement, j'imagine une brune, un peu dans le genre de Sophie Marceau.

Aimez-vous le martini ?
J'apprécie beaucoup. J'ai découvert cette boisson à New York. J'aime bien l'alcool - mais j'ai arrêté de fumer. Dans mon roman, je fais beaucoup boire Bond. Il a toujours bu du whisky, du gin, de la vodka et du martini. Mais dans Le diable l'emporte, il boit du vin, ce qui est une première.

Votre contrat d'édition concerne-t-il un seul James Bond ou une série à venir ?
Mon contrat avec Penguin concerne seulement Le diable l'emporte. De toute façon, je n'ai pas envie d'en écrire d'autres. Ce serait préjudiciable à ma carrière.

Et si, en cas de succès, on vous demandait une suite ?
Je pense que je répondrais non.

Quel auteur voyez-vous poursuivre les aventures ?
Il faudrait surprendre, avec un écrivain en apparence très différent de l'univers de James Bond... Pourquoi pas Salman Rushdie ?

Propos recueillis par Tristan Savin

(1) Le diable l'emporte (Devil may care), par Sebastian Faulks, d'après Ian Fleming, traduit de l'anglais par Pierre Ménard, Flammarion, 356 pages.(2) Fleming collectionnait les livres techniques.

Nos partenaires