Restaurants: 2016, l'année de la fermeture pour trois adresses remarquables
Restaurants: 2016, l'année de la fermeture pour trois adresses remarquables
Restaurants: 2016, l'année de la fermeture pour trois adresses remarquables
Restaurants: 2016, l'année de la fermeture pour trois adresses remarquables
Restaurants: 2016, l'année de la fermeture pour trois adresses remarquables
Restaurants: 2016, l'année de la fermeture pour trois adresses remarquables
Restaurants: 2016, l'année de la fermeture pour trois adresses remarquables
04521892016-01-19 16:19:282016-01-19 16:19:28WeekendPas de parutionNormalArticleMichel VerlindenPar Michel VerlindenRestaurantsLeVif Weekend

Restaurants: 2016, l'année de la fermeture pour trois adresses remarquables

L'année de toutes les fermetures ? Probablement pas. Mais plusieurs restaurants, non des moindres, vont tirer leur révérence en 2016.

yesAurélie Wehrlin2016-01-19 16:20:04http://weekend.levif.be/lifestyle/culinaire/restaurants/restaurants-2016-l-annee-de-la-fermeture-pour-trois-adresses-remarquables/article-normal-452189.htmlhttp://m.weekend.levif.be/lifestyle/culinaire/restaurants/restaurants-2016-l-annee-de-la-fermeture-pour-trois-adresses-remarquables/article-normal-452189.htmlhttp://weekend.levif.be/lifestyle/culinaire/restaurants/http://m.weekend.levif.be/lifestyle/culinaire/restaurants/

ReutersRené Redzepi, chef du Noma à CopenhagueAprès le service du réveillon de la Saint-Sylvestre, le Danois René Redzepi déposera la clé sous le paillasson du Noma, considéré comme la meilleure table du monde. Pas de panique, l'influent chef rouvrira ailleurs - un terrain vague du quartier de Christiana, à Copenhague - et sous une autre forme - un restaurant accolé à une ferme urbaine. En Belgique aussi, le rideau va tomber sur deux belles maisons.

De Karmeliet, l'enseigne gastronomique de Geert Van Hecke, à Bruges, fermera définitivement ses portes à l'automne prochain. En cause, un chef affaibli physiquement, peut-être en raison des trois étoiles qu'il a fièrement arborées pendant vingt ans.

Kris VlegelsKobe Desramaults en cuisine

Si cette décision s'avère logique, dans la mesure où l'homme se concentrera sur des projets moins accaparants, plus surprenante est celle de Kobe Desramaults de l'avant-gardiste In de Wulf, à Dranouter, orné depuis 2006 d'un unique macaron. Invoquant douze années d'un sacrifice constant, cet agitateur du goût laissera de nombreux gastronomes orphelins et amers... qu'il n'ait jamais été étoilé à la hauteur de son talent.

14verlinden-michelJournalisteVerlindenMichelreporter/assets/126/avatar_64961.jpghttp://weekend.levif.be/lifestyle/auteurs/michel-verlinden-14.htmlhttp://m.weekend.levif.be/lifestyle/auteurs/michel-verlinden-14.htmlKobe Desramaults René RedzepiNomaKarmelietdranouter
Un beau bébé
Un beau bébé
Un beau bébé
Un beau bébé
Un beau bébé
03387832009-02-09 10:53:462014-11-18 14:08:522009-02-09 10:53:45WeekendPas de parutionNormalArticleRestaurantsLeVif Weekend

Un beau bébé

Geert Van Hecke se remet, avec le sourire, de la naissance du Bistro Refter, petit frère de son restaurant triplement étoilé, le Karmeliet.

autohttp://weekend.levif.be/lifestyle/culinaire/restaurants/un-beau-bebe/article-normal-338783.htmlhttp://m.weekend.levif.be/lifestyle/culinaire/restaurants/un-beau-bebe/article-normal-338783.htmlhttp://weekend.levif.be/lifestyle/culinaire/restaurants/http://m.weekend.levif.be/lifestyle/culinaire/restaurants/SDP

La plus belle satisfaction qu'il ait éprouvé, lors de l'ouverture du Refter en janvier dernier, ce fut lorsque ses invités se ruèrent en cuisine, pour obtenir une seconde portion de son "royaal hutsepot" (hochepot). Celui-ci se classe parmi les meilleurs du plat pays et mérite à lui seul le déplacement. Avec cette cuisine de terroir, faite de plats comme il a toujours rêvé d'en mijoter, Geert Van Hecke s'amuse. Le maquereau lisette mariné, l'anguille au vert reconstituée et donc sans arêtes, et en dessert un pain perdu au chocolat croquant sont autant d'hommages à la cuisine de nos grands-mères. Des plats qui font partie d'un menu à 35 euros avec six choix (pour les entrées et les plats). A la carte, la cuisine a des allures plus internationales, avec la côte de boeuf Simmenthal (30 euros) ou la joue de veau braisée à la bière "Karmeliet" (23 euros). Reste, la carte des vins dont les prix sages invitent à ne pas l'être alors que le décor design offre une belle vue sur la cuisine qui brille comme le sourire de Geert Van Hecke. Bistro Refter, 2, Molenmeers, à 8000 Bruges. Tél. : 050 44 49 00. Fermé le dimanche.

Barry

bruges Bistro RefterKarmeliet