Vidéo: Emma Watson bouleverse par son appel, aux hommes et aux femmes, à afficher leur féminisme

23/09/14 à 10:57 - Mise à jour à 10:57

Source: Weekend

A 24 ans, l'actrice britannique Emma Watson a bouleversé l'auditoire de l'Organisation des Nations Unis par son discours sur le féminisme et l'égalité hommes-femmes. Extraits.

Vidéo: Emma Watson bouleverse par son appel, aux hommes et aux femmes, à afficher leur féminisme

© Twitter

Du haut de ces 24, celle qui fut à 9 ans Hermione Granger dans la saga Harry Potter s'est faite porte-parole de la campagne "HeforShe", dont l'objectif est de défendre la cause des femmes, l'égalité homme-femme et la promotion du rôle des femmes dans le monde.

Son discours de tout juste une dizaine de minutes à la tribune de l'ONU a bouleversé bon nombre de commentateurs. La jeune femme, qui depuis l'adolescence s'est toujours publiquement affirmée féministe, a d'emblée justifier sa présence et son rôle dans cette croisade: "Vous pourriez pensez: qui est cette fille qui joue dans Harry Potter? Que fait-elle à l'ONU? Je me suis demandé la même chose. Tout ce que je sais, c'est que cette cause m'importe et je veux aider. Et ayant vu ce que j'ai vu, si l'on me donne cette chance de parler, je me sens responsable, je dois dire quelque chose." Elle a ensuite rappelé la définition du féminisme : "Pour information, voici la définition du féminisme: "Croire qu'hommes et femmes devraient être égaux en droits et avoir les mêmes chances. C'est une théorie d'égalité des sexes sur les plans politique, économique et social."" (...) Emma Watson, féministe évidemment "À 18 ans, mes amis étaient incapables d'exprimer leurs sentiments. J'ai décidé que j'étais féministe. Cela était une évidence pour moi. Mais mes recherches récentes m'ont appris que le féminisme est devenu un terme impopulaire. Des femmes choisissent de ne pas s'identifier au féminisme. Apparemment, pour certaines femmes, le féminisme est vu comme étant un trop fort, trop agressif, un isolement, anti-hommes, et repoussoir (...) Pourquoi ce terme est-il si mal vu aujourd'hui? Je trouve qu'il est normal que je sois payée autant que les hommes. Je trouve qu'il est normal que je prenne les décisions qui concernent mon propre corps. Je trouve qu'il est normal que des femmes soient engagées en mon nom pour défendre des politiques et prendre des décisions qui affectent ma vie. Je trouve qu'il est normal que l'on me démontre socialement le même respect qu'aux hommes.(...) Et si vous détestez toujours ce mot, ce n'est pas le mot lui-même qui est important, c'est l'idée et l'ambition qu'il y a derrière. Toutes les femmes n'ont pas eu les droits que j'ai. D'après les chiffres, je peux même dire qu'elles sont peu nombreuses à les avoir. En 1997, Hillary Clinton a fait un discours à Pékin sur les droits des femmes. Malheureusement, la plupart des choses qu'elle voulait changer sont toujours d'actualité. Ce qui m'a marquée le plus, c'est que seulement 30% de ceux qui l'écoutaient ce jour-là étaient des hommes. Comment peut-on changer le monde si la moitié seulement est invitée à en discuter?"

Et de conclure:

"Car la réalité est que si nous ne faisons rien, il faudra 75 ans, c'est-à-dire que j'aie approximativement 100 ans, pour que l'égalité salariale entre les femmes et les hommes soit atteinte. À travail égal. 15,5 millions de filles seront mariées de force pendant les 16 prochaines années. 15,5 millions d'enfants. Au rythme actuel, il faudra attendre au moins 2086 pour que les filles africaines aient accès en masse à une éducation secondaire. Si vous croyez à l'égalité, vous êtes sans doute l'un (ou l'une) de ces féministes introverti(e)s dont je parlais un peu plus tôt. Et pour cela, je vous applaudis. Nous luttons pour bâtir un monde unifié, mais la bonne nouvelle est que nous avons déjà un mouvement unifié. Il s'appelle HeForShe. Je vous invite à sortir de l'ombre, vous, les "féministes introverti(e)s", et à vous demander : si ce n'est pas vous, qui agira ? Si ce n'est pas maintenant, quand impulserons-nous le changement ?"

Voici son discours dans son intégralité

En savoir plus sur:

Nos partenaires