En images : La Chine rurale fête son mythique dragon

15/02/17 à 13:36 - Mise à jour à 13:36

En Chine, d'immenses dragons serpentent sur des centaines de mètres le long de routes et de hameaux: une célébration séculaire haute en couleurs, destinée à vénérer la créature mythique symbole de chance et de bonnes récoltes.

Cette fête aux scènes saisissantes fait partie d'un ensemble de célébrations propres à la province du Fujian (est). Des traditions que les Hakkas, des Chinois à l'identité culturelle distincte du reste du pays, organisent chaque année lors de la Fête des lanternes, au 15e jour du Nouvel an lunaire.

Le dragon est réputé éloigner la mauvaise fortune et apporter les pluies nécessaires aux agriculteurs du district de Liancheng, une zone rurale du Fujian.

Dans le village de Gutian, les habitants entament les deux jours de procession en tranchant la gorge d'un cochon hurlant dans l'enceinte d'un temple. Le sang écarlate de l'animal, jaillissant dans une bassine, est ensuite versé dans la tête du dragon, au squelette de bois et à la peau de papier. L'imposante créature est ensuite portée par des dizaines d'hommes à travers fermes et villages. La queue de l'animal, séparée du reste du corps, ferme seule la marche: selon les habitants, l'attacher apporterait trop de précipitations. La nuit venue, le dragon parade devant un bâtiment gouvernemental au son assourdissant des pétards. Puis la bête factice est -- provisoirement -- désassemblée.

Elle est remontée dès le lendemain: la gueule est hissée la première, puis les autres éléments viennent tour à tour s'encastrer, jusqu'à ce que l'animal reprenne vie. Le feu est enfin mis à la créature de papier dans le temple, là où sa vie avait commencée: un sacrifice pour une année d'abondance.

Quelques jours plus tôt, l'ancien village Hakka préservé de Peitian avait organisé sa propre parade de 11 dragons illuminés. Une tradition datant de la dynastie Ming, qui a dirigé la Chine de 1368 à 1644.

En savoir plus sur:

Nos partenaires