Le tango comme élixir de jeunesse

28/08/17 à 09:29 - Mise à jour à 09:29

Source: Afp

Ils dansent le tango depuis les années 1940. Oscar, 90 ans, et Nina, 82 ans, ont participé ensemble en août au Mondial de tango à Buenos Aires. Peur eux, c'est une raison de vivre et un élixir de jeunesse.

Le tango comme élixir de jeunesse

© AFP

Ils dansent depuis 70 ans, mais se sont connus voici 15 ans, sur un air de tango. "Je l'ai vue passer et je suis tombé amoureux. Je l'ai invitée à danser et depuis ce jour, nous dansons ensemble", se souvient Oscar Brusco. Veufs tous les deux, ils vont encore danser quatre à cinq fois par semaine, malgré leurs 172 ans cumulés, pas tous les jours faciles à porter.

Le tango comme élixir de jeunesse

© AFP

Elégant et droit comme un "i" malgré son âge, Oscar a appris à danser dans les patios du Parque Patricios, un quartier du sud de Buenos Aires, où hommes et femmes s'entraînaient séparément avant de se rendre dans les milongas, les salles de bal où des orchestres jouaient en direct.

"Nous respirons le tango, nous sommes tombés amoureux en dansant le tango, nous pleurons et rions en dansant le tango", explique Nina Chudoba.

- Union corps-âme -

Ils n'ont pas gagné le Mondial mais ont reçu une ovation sur la scène du Luna Park, une prestigieuse salle de concert de la capitale argentine où ils participaient à la compétition avec une quarantaine d'autres couples... tous des professionnels ayant l'âge de leurs 15 petits-enfants.

"Notre tango c'est autre chose: marché, croisé, c'est un tango terrien, sans faire des boucles avec les jambes", explique Oscar.

Chaque vendredi, ils se retrouvent à La Baldosa, une milonga du quartier populaire de Florès, où a grandi le pape François.

La semaine précédant le Mondial, la crème du tango s'était donné rendez-vous dans ce lieu historique.

Le tango comme élixir de jeunesse

© AFP

Des couples de Russie, de Hongrie, du Japon, d'Indonésie, du Chili ou de Roumanie se sont pris en photo avec Nina et Oscar, leur demandent conseil.

"C'est une institution: ils ont créé un style. Il n'y a rien de d'artificiel dans leur manière de danser", opine Adriana, une danseuse de 30 ans.

Oscar réajuste son costume, resserre son noeud de cravate et entre en piste avec Nina, vêtue d'une robe de velours rouge, et de talons hauts de la même couleur.

"Les doigts de la main doivent être entrelacés, comme ça, tu vois? Le tango, c'est une union du corps et de l'âme", souligne Nina, fille de Polonais immigrés à Buenos Aires.

Veuve, elle a surmonté un cancer à l'âge de 50 ans, et le tango est pour elle un mode de vie, qu'elle alternait avec son travail de couturière.

Les jeunes qui dansent bien "s'en vont comme des hirondelles et se font un nom à l'étranger. Ici, il n'y a pas beaucoup de travail pour les danseurs et les musiciens", regrette-t-elle.

Le tango comme élixir de jeunesse

© AFP

Dans les coulisses du Luna Park, Juan Manuel Rosales et sa femme Liza, finalistes du Mondial, saluent le couple de vétérans. "Eux, ils ont vécu l'âge d'or du tango, dans les années 1940, la société entière dansait le tango", dit-il avec nostalgie.

Aujourd'hui, peu de jeunes Argentins dansent le tango. Des spectacles sophistiqués sont façonnés pour les touristes. Quelques clubs de tango subsistent quand même.

- Amour et passion -

Alors que d'autres couples s'échauffent, répétant les séquences de danse avec des écouteurs dans les oreilles avant d'entrer en piste, les deux vétérans s'enlacent, enchaînent les pas et virevoltent sur le parquet.

Le tango comme élixir de jeunesse

© AFP

"Je danse depuis 1945, pourquoi des répétitions? Nous avons des kilomètres de tango", plaisante le vieil homme. A 17 ans à peine, il participait déjà à des spectacles.

Pour Nina, "le tango est un sentiment", "les souvenirs de jeunesse, les amis, les amours, ce qui te rend heureuse... c'est ce que tu ressens quand tu entends un tango". "Le tango m'a tout donné, amour, passion, les enfants que j'ai, fruits du tango".

"Pour nous le tango, poursuit Oscar, c'est comme s'alimenter, nous en avons besoin, si on ne danse pas, on meurt. Le tango, il faut l'aimer. Sans amour pour le tango, un danseur ne peut pas bien danser".

Nos partenaires