Sifnos : la Grèce, autrement

23/07/08 à 14:00 - Mise à jour à 13:59

Source: Weekend

Avec ses plages intactes, Sifnos a conservé la véritable âme des Cyclades.

Sifnos : la Grèce, autrement

© SDP

Avec ses villages haut perchés, ses monastères lumineux, ses plages intactes, Sifnos a conservé, mieux qu'aucune autre, la véritable âme des Cyclades.

Sifnos est de ces îles restées à l'abri du bétonnage à outrance. Posé au milieu de la mer Egée, ce bout de terre de 74 km² a su résister aux sirènes du tourisme de masse, se tenant à l'écart de ses exubérantes voisines, telles Mikonos, Naxos ou Santorin. On y arrive par le port de Kamares, situé au creux d'une baie profonde, encerclée par les montagnes et bordée par de longues plages. De là, on prend la route pour Apollonia, la capitale, haut perchée. Et c'est depuis ce joli village, labyrinthe de rues pavées, bordées par les murs blanchis à la chaux, que l'on arpente les côtes, à la recherche des criques enchanteresses et des magnifiques plages de sable fin, telle Platis Gialos (à privilégier hors saison) ou Vathy. Des escapades à réaliser de préférence à scooter, le mode de circulation le plus adéquat pour faire connaissance avec l'île et ses habitants, réputés pour leur grande hospitalité.

Tantôt recouverte d'oliviers millénaires, tantôt aride comme un désert pelé, tantôt découpée en terrasses sillonnées par des murets, Sifnos possède mille et un visages. Dans cette île kaléidoscope, il est néanmoins une chose qui ne varie guère, c'est la présence quasi systématique d'une chapelle, d'une église ou d'un monastère à l'horizon. On dit qu'il y en aurait 365, soit une pour chaque jour de l'année. Pourtant la population n'a pas l'air plus bigote que cela. Il faut dire : derrière cette piété apparente se cachent de bien plus prosaïques motivations. Les Turcs qui régnèrent longtemps en ces lieux exigeaient des autochtones le versement d'une taxe pour tout terrain, à l'exception de ceux qui possédaient... une église. D'où la pieuse profusion.

Certaines sont néanmoins incontournables. Comme le monastère de Chryssopigi, situé non loin du petit port charmant de Faros, qu'il faut voir autant pour le paysage extraordinaire qui l'entoure que pour la sérénité qui s'en dégage. A quelques brasses de l'édifice immaculé, la baignade est possible depuis une plage bordée de tamaris. On pourra également visiter l'église de Panagia Poulatis, blottie au fond d'une crique parsemée d'oliviers. A contempler en empruntant le sentier qui mène au village médiéval de Kastro, l'ancienne capitale. Sifnos ? Une île parmi les plus authentiques des Cyclades et dont on sait, en la quittant, que l'on y reviendra bientôt.

Office du tourisme grec, 172, avenue Louise, à 1050 Bruxelles. Tél. : 02 647 57 70. www.gnto.gr

En savoir plus sur:

Nos partenaires