Un complexe de sports de montagne indoor inauguré aux portes du Mercantour

28/10/16 à 13:49 - Mise à jour à 13:49

Source: Afp

Saint-Martin-Vésubie, haut-lieu de randonnées aux portes du parc du Mercantour, inaugure samedi un complexe sportif flambant neuf avec piscine couverte et un espace pour pratiquer le canyoning et l'escalade en intérieur, surdimensionné et incongru dans un village de montagne, selon ses détracteurs.

Un complexe de sports de montagne indoor inauguré aux portes du Mercantour

http://www.chabanne-architecte.fr/ © chabanne & partenaires

"C'est un mini-parc d'animation avec un concept unique en Europe de canyoning indoor, des voies d'escalade qui en feront une des plus grandes salles d'escalade indoor de France et une piscine couverte", a déclaré à l'AFP Eric Ciotti, président LR du Conseil départemental des Alpes-Maritimes et du Syndicat mixte pour le développement de la vallée de la Vésubie qui a porté le projet.

A une heure de route de la mer, il vise à doper la fréquentation dans le massif de la Vésubie-Valdeblore qui "n'avait pas bénéficié dans les années 1970 de création de station de ski", justifie l'élu. Il a coûté 25 millions d'euros.

http://www.chabanne-architecte.fr/

http://www.chabanne-architecte.fr/ © chabanne & partenaires

A ceux qui l'interrogent sur l'incongruité de faire de la montagne en intérieur au milieu d'un cadre naturel d'exception cerné de falaises, M. Ciotti rétorque que "ce petit parc de loisirs a vocation à attirer beaucoup de monde, des pratiquants qui ne le feraient pas forcément en milieu naturel, comme les enfants. C'est très ludique pour la partie canyoning".

"Sur les voies d'escalade, il y en a pour tous les niveaux, cela peut être des compétitions", ajoute-t-il.

"Le souci est d'apporter aux habitants un équipement de qualité et de faire la promotion du haut pays. La montagne est un atout majeur du département des Alpes-Maritimes, insuffisamment valorisé. On a une image littorale très forte et les massifs de montagne sont moins connus, c'est dommage", dit-il. "Les zones rurales sont fragiles donc il y avait la nécessité de redonner un projet économique et un projet de développement touristique global".

La gestion a été confiée à un organisme connu de vacances sportives, l'UCPA, tandis que la piscine et les murs d'escalade serviront aux enfants des écoles. Très contemporain, le bâtiment de 3.000 m2 a une forme d'aile d'avion au toit végétalisé.

"Petite Suisse niçoise"

L'objectif est de 70.000 entrées payantes par an. "C'est surdimensionné par rapport à la taille du village", reproche Philippe Bourges, président de l'association Vigilance Mercantour qui avait bataillé en 2008 avec succès contre un projet de sentiers aménagés appelé "Les Balcons du Mercantour".

http://www.chabanne-architecte.fr/

http://www.chabanne-architecte.fr/ © chabanne & partenaires

Saint-Martin-Vésubie, ses maisons médiévales, ses chapelles, sa pétanque et sa soupe au pistou, compte 1.300 habitants. Prisé au début du 20e siècle de la bonne société niçoise, quand les grandes voies d'escalade se sont ouvertes sur les falaises environnantes, le village a gardé le surnom de "petite Suisse niçoise".

Le bureau des guides y a été fondé en 1987 par Hervé Gourdel, le guide de haute montagne enlevé et décapité à l'âge de 55 ans en 2014 en Kabylie.

"On n'est pas contre les investissements financiers importants dans nos montagnes, il faut qu'on puisse y vivre mais on n'est pas d'accord avec l'option choisie", reprend M. Bourges.

"Ce qui nous interpelle c'est d'abord l'aspect financier: on entend dire que ce ne sera jamais rentable et, certes, ça crée des emplois mais il y a peut-être d'autres moyens de le faire, comme en facilitant l'installation des jeunes agriculteurs ou éleveurs par des rachats de terres", dit-il.

L'inauguration du Pôle Sports Montagne, qui fera portes ouvertes tout le week-end, intervient après celle de la plus longue tyrolienne de France à la petite station de ski de La Colmiane (15.000 visiteurs depuis un an environ) dans le Mercantour et du parc aux loups Alpha au Boréon, au-dessus de Saint-Martin-Vésubie.

M. Bourgès salue les efforts du département: service de bus et de navettes pour monter au départ des sentiers, brochures gratuites détaillant les randonnées, mais il n'en démord pas: "Je verrais ça (le Pôle Sports Montagne) à Paris ou à Bordeaux plutôt qu'au milieu de nos montagnes".

Nos partenaires