Waris Dirie, sa vie

10/03/10 à 16:42 - Mise à jour à 16:42

Source: Weekend

Si, à première vue, sa vie peut apparaître tel un conte de fée moderne, celle-ci s'avère bien plus douloureuse que ne le laissent penser les apparences.

Waris Dirie, sa vie

© D.R.

Waris Dirie est née dans une famille de nomade dans le désert de Somalie. Petite, elle y habite avec ses parents, ses frères et ses soeurs dans une tente et élève des chèvres pour subsister. Lors d'une soirée comme les autres, autour du feu familial, son père lui présente son futur mari, âgé d'une quarantaine d'années. Elle n'en a alors à peine que treize... Suite à cette rencontre, Waris décide de fuir sa famille et part seule à travers le désert pour rejoindre sa grand-mère à Mogadiscio. Celle-ci lui trouvera une place de femme de ménage qu'elle occupera pendant près de 6 ans à l'ambassade britannique. Lorsque la guerre civile éclate et que l'ambassade ferme ses portes, Waris est livrée à elle-même et se retrouve rapidement à la rue, ne connaissant pas un traître mot d'anglais.

Mais des rencontres comme celles que la vie nous garde parfois en surprise lui permettront de devenir quelqu'un d'autre et de se réinventer un futur. Elle se liera tout d'abord d'amitié avec une fille un peu délurée, prénommée Marilyn qui décide donc de la prendre sous son aile. Waris est ensuite repérée dans un fastfood par un célèbre photographe de mode. Grâce à lui, elle deviendra l'un des mannequins les mieux payés au monde.

Alors que la vie semble enfin lui sourire, Waris Dirie décide de confier au grand public un secret qui la pèse depuis des années. Elle a subi l'ablation totale de ses parties génitales externes dès l'âge de trois ans. Cette tradition ancestrale est une pratique courante dans la région de Somalie où elle est née. Après cette révélation, sa vie prend la forme d'un combat sans fin dédié à l'éradication de cette tradition barbare. Elle décide de quitter les catwalks pour se consacrer exclusivement à sa lutte. Elle deviendra d'ailleurs ambassadrice pour l'ONU et, encore aujourd'hui, son combat continue. C'est également grâce à l'un de ses livres que l'Union européenne a placé les MGF à son programme pour la première fois de son histoire.

L.G.

En savoir plus sur:

Nos partenaires