La Grande Barrière de Corail risque de perdre son statut de patrimoine mondial

lundi 04 février 2013 à 09h50

La Grande Barrière de Corail en Australie menace de perdre sa place sur la liste de patrimoine mondial de l’Unesco. Explications.

Il y a un an, UNESCO a imposé à l’Australie la date limite du 1er février 2013 pour leur expliquer sa procédure de protection de la Grande Barrière de Corail. Si le pays n’avait pas progressé de façon significative, le statut de patrimoine mondial de la barrière serait en danger.

Cette date limite vient de s’écouler et selon le Fonds mondial pour le nature et l’Australian Marine Conservation Society (AMCS), le gouvernement australien ne s’est pas assez décarcassé pour protéger la barrière de corail. Maintenant, le risque est grand que la Grande Barrière de Corail disparaisse de la liste de patrimoine mondial et se retrouve sur la "List of Shame" : la liste des patrimoines mondiaux menacés.

Au lieu de mieux protéger la barrière, le gouvernement de Queensland, l’état responsable de la Grande Barrière Corail, a affaibli les lois de protection de la côte. L’état y permet la construction de ports et y creuse des voies maritimes de sorte que le nombre croissant de navires qui traversent la zone provoque la mort des tortues et de grands morceaux de corail.
WWF et AMCS ont appelé les gouvernements de Queensland et d’Australie à ne plus délivrer d’autorisation pour de nouveaux projets le long de la côte et à libérer 500 millions de dollars pour réduire la pollution dans la zone concernée.

MS/Trad. CB

Les infos du Vif Weekend aussi via Facebook

Plus sur: , ,

   

Réagir

  • Spécial BLACK Hiver
  • La mini jupe a 30 ans
  • Les recettes des blogueurs
  • Voyage: sous le soleil de Turks et Caicos
 
Follow KnackWeekend on Pinterest

Whitepapers

Toute l'actualité lifestyle chaque semaine dans votre mailbox? Inscrivez-vous à notre newsletter!

Inscrivez-vous à LeVifWeekend newsletter hebdomadaire

Inscrivez-vous à LeVifWeekend newsletter culinaire

Inscrivez-vous à LeVifWeekend Voyages hebdomadaire

E-mail: