Même sans jardin, voici 8 conseils pour aider la nature

© Getty
Eva Kestemont
Eva Kestemont Journaliste Knack Weekend

Ceux qui participent à « Mai tonte à l’arrêt » donnent, dans leur jardin, un coup de pouce à la nature. Mais que faire si vous n’avez pas d’herbe à tondre ? 8 conseils pour les amoureux de la nature qui n’ont pas de jardin.

Le message de en mai tonte à l’arrêt semble presque trop beau pour être vrai : vous pouvez donner un coup de pouce à la nature en étant paresseux et en ne tondant pas votre gazon. Et si vous n’avez pas de jardin et donc pas d’herbe, mais que vous vous souciez quand même de la nature ? Voici comment, à votre même petit niveau, vous pouvez faire quelque chose pour la nature. 

1. Il n’y a pas que le jardin

Vous n’avez pas de jardin, d’accord. Mais cela ne veut pas dire que votre maison ne peut rien faire pour aider la nature. Chassez de votre esprit l’idée parfois trop standard d’une pelouse verte et regardez ce que vous avez. Une petite cour peut déjà faire l’affaire ou encore un toit plat ou même une petite terrasse ou un simple appui de fenêtre. Ces derniers peuvent même se transformer en petite oasis par la magie de bacs suspendus. Tout comme une plante grimpante bien choisie peut servir de refuge à de nombreux insectes et oiseaux.

Marie Poppies, fleurs belges, durables, de saison.

Beaucoup de choses sont possibles pour peu qu’on se donne un peu la peine. Et ce n’est pas que joli ou bon pour la nature. Un tapis de verdure dans et autour de votre maison peut même avoir un effet thermo régulant et signifier une économie significative sur votre facture d’énergie. Cela protège du froid mais aussi de la canicule comme le précise le jardinier Bart Verelst, co-auteur du livre pour un jardin climatique : « Un mur orienté au sud peut chauffer jusqu’à 70 degrés, une terrasse jusqu’à 50 degrés. Les plantes grimpantes comme le lierre et la vigne, qui isolent incroyablement bien, peuvent faire baisser la température d’un mur de 15 degrés. Un véritable jardin vertical peut même réduire la température à 35 degrés, mais ce dernier coûte beaucoup plus cher que quelques plantes grimpantes. En outre, plusieurs villes et municipalités encouragent ces projets de verdissement en participant aux frais d’installation, en offrant des conseils, en fournissant des tuteurs pour votre façade ou en offrant des plantes (gratuites). N’oubliez donc pas de demander ce qu’il en est dans votre commune !

2. Cherchez la nature dans la rue

Vous vivez dans un appartement de location sans terrasse ni rebords de fenêtre, par exemple ? Descendez dans la rue et observez ce qui vous entoure. Il y a sans doute là aussi un verdissement possible, et ce sans grand effort.

fleur de ville
© Getty

Certaines villes et communes permettent d’adopter une plantation d’arbres (voir  » adopter un pied d’arbre  » sur Google), ce qui vous permet d’entourer un arbre de belles plantes pour préserver sa santé et empêcher les dépôts de déchets. Une fois adopté, la fosse d’arbre est sous votre responsabilité (plantation, entretien, arrosage et propreté).

Une autre option peut être d’enlever des pavés et de les remplir de verdure. De nombreuses communes offrent des subventions à cet effet et disposent également de règles bien définies. Pour Bruxelles, la plupart se trouvent ici

3 Devenez un Guerilla Gardner, un jardinier qui va « ensauvager » la ville

Vous n’avez pas besoin d’un jardin pour faire du jardinage. Même un nid-de-poule sur la route, un coin perdu d’une place ou un terrain vague près de la voie ferrée peuvent devenir un biotope florissant. Pour cela, fabriquez votre propre bombe de graines et déposez-la au pied d’un arbre ou sur un terrain qui n’est pas fauché. Veillez à utiliser des mélanges de graines indigènes, car toutes les belles fleurs ne conviennent pas à nos insectes. (Et bien sûr, ne vous approchez pas des réserves naturelles: elles se gèrent toutes seules, ou avec l’aide de leur responsable nature). Une autre bonne idée est de ne pas jeter les bulbes de fleurs, par exemple les jonquilles, que vous avez apportés à la maison à Pâques, mais de les planter quelque part à l’extérieur après leur floraison.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

4. Fournir un self-service à la nature

Les oiseaux, les chauves-souris, les abeilles, les papillons et autres insectes travaillent dur pour que nous puissions continuer à profiter d’une nature vivante et de tous ses bienfaits. Si vous voulez faire quelque chose en retour, vous pouvez installer des nichoirs, mais le mieux est encore de leur offrir un repas savoureux. Accrochez donc des boules de graines là où vous le pouvez, placez un bol de fruits pour les papillons, veillez à ce qu’il y ait de l’eau potable pour les oiseaux et ne cueillez pas toutes les baies des plantes.

5. Faites passer le mot

Vous n’avez pas de jardin, mais vous avez été invité pour barbecue chez vos voisins ou la pelouse est tondue à ras ? N’hésitez pas à les encourager à participer à l’opération « En mai tonte à l’arrêt« . 

Partner Content