3 choses à savoir sur Tata Harper, la Natural Beauty Queen

© Pieter D’Hoop

Visionnaire, Tata Harper a posé il y a un peu plus de dix ans les jalons d’une cosmétique de luxe 100% naturelle, végane et écoresponsable. Depuis sa ferme installée dans le Vermont où elle formule et fabrique tous ses produits, cette Américaine d’origine colombienne influence désormais toute l’industrie.

Les débuts

Rien ne prédestinait cette ingénieure en génie civil à se lancer dans la cosmétique. Le cancer qui soudain frappe son beau-père la pousse à regarder de plus près les étiquettes qui lui passent sous la main, y compris celles des produits de soin utilisés par sa famille. L’omniprésence des ingrédients de synthèse l’horrifie. «Je me suis dit que je ne devais pas être la seule à ne pas vouloir sur ma peau de dérivés d’hydrocarbures qui ne devraient se retrouver que dans ma voiture», s’exclame Tata Harper pendant l’entretien qu’elle nous a accordé lors de sa visite à Bruxelles. Elle n’a plus alors qu’un seul mot à la bouche: «pureté». Ce qu’elle traduit dans son cahier des charges par «ingrédient d’origine strictement naturelle», en bannissant une série de matières premières pourtant autorisées par l’Union européenne.

Hydratant fortifiant, 122 euros.
Hydratant fortifiant, 122 euros. © SDP

Un labo perso

Cette Américaine d’origine colombienne rachète alors une ferme dans le Vermont. Elle y installe ses labos et son site de production. «Tout est formulé sur place, insiste-t-elle. Cela ne m’intéressait pas de partir de la même base que tout le monde, achetée à des sous-traitants en ajoutant un ou deux ingrédients. Chaque produit est une création et est sans cesse reformulé en fonction des avancées de la science.» Sur les 500 hectares qui entourent le bâti, des végétaux entrant dans la composition des soins sont cultivés. «Mais nous sourçons nos matières dans le monde entier, précise la pionnière de la cosmétique de luxe bio. Je suis toujours en quête de nouveaux actifs.»

Blush crème, 42 euros.
Blush crème, 42 euros. © SDP

Toujours plus

Les formules minimalistes ne sont pas non plus sa tasse de thé. «Nos produits ont toujours plusieurs bénéfices, plaide-t-elle. Je crois aussi dans la synergie de certains ingrédients, c’est pourquoi j’aime en mettre beaucoup.» Pour elle, l’omniprésence du rétinol, de la vitamine C et autres «actifs stars» est un signe de paresse de l’industrie qui ne se remet pas en question. Loin d’imaginer le succès que rencontre aujourd’hui son business, Tata Harper s’est lancée à la conquête de l’Europe et du Moyen-Orient. Elle s’est fixé comme objectif de développer son réseau de spas. Elle vient aussi de faire ses premiers pas dans le make-up avec un baume coloré qui peut s’utiliser comme blush ou rouge à lèvres. Et projette, après le succès rencontré par la nouvelle ligne dédiée aux peaux sensibles, d’élargir son offre aux soins capillaires et au parfum.

Masque éclat, 66 euros.
Masque éclat, 66 euros. © SDP

Les produits Tata Harper sont disponibles chez Label Chic, à Bruxelles. labelchic-brussels.com Retrouvez l’interview complète de Tata Harper sur levifweekend.be

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Partner Content