Entre panoplie d'accessoires dédiés à trouver le marchand de sable et surmenage élevé au rang d'art, le sentiment de fatigue est omniprésent dans notre société. Et présente une opportunité lucrative pour qui sait capitaliser sur cet épuisement généralisé.

La période de la rentrée est aussi synonyme d'inscription aux activités extrascolaires. Ainsi, alors même qu'ils pensent bien faire en ouvrant les portes de la musique, du sport, des arts, à leurs enfants, certains parents nuisent au bien-être de ces derniers. Car comme le dicton populaire le dit si bien: l'excès nuit en tout. Quand passe-t-on de l'épanouissement au surmenage? Quels sont les signaux? Ou encore comment savoir que l'activité est adaptée à l'enfant.

Ne pas se sentir légitime dans sa vie professionnelle est un sentiment partagé par de nombreuses femmes, vivant dans le doute, l'anxiété et la peur permanente de l'échec. Sans parler de l'autodévalorisation qu'elles cultivent. Mis en place dès le plus jeune âge via des mécanismes psychologiques et des habitudes sociales, ce syndrome de l'imposture n'est pourtant pas une fatalité.

La fatigue mentale liée à l'isolement du confinement disparaît rapidement dès que l'on revient à une vie sociale normale. C'est ce qu'écrivent Christopher Hand, Greg Maciejewski et Joanne Ingram, qui ont effectué des recherches à ce sujet en Écosse.

Il avait fait le tour des réseaux sociaux en Belgique il y a à peine un an, à la faveur d'un discours prodigué devant des étudiants ingénieurs de l'UCLouvain fraîchement diplomés. Une parole captée à la dérobée qui a fait le tour du monde, notamment pendant le confinement, qui invitait chacun d'entre nous à décider de son destin. Un discours moins utopique qu'il n'y paraît, développé et consigné dans un livre enthousiasmant en librairie depuis quelques jours. Rencontre (téléphonique) avec Pedro Correa.

Les mauvais rêves qui causent un sentiment de peur n'ont pas que des aspects négatifs. Ils servent à contrôler plus efficacement l'angoisse dans la vie réelle. Ce lien a été fait par une équipe de chercheurs genevois et leurs collègues de l'Université de Winsconsin.

Entre les problèmes personnels, le travail et tout ce qui alimente le stress au quotidien, les soucis peuvent vite devenir écrasants. Certes dans certains cas, ils sont utiles car ils nous poussent à agir et à faire face aux problèmes, et trouver des solutions. Mais trop d'inquiétude peut engendrer de l'anxiété, ce qui affecte notre bonheur et notre santé. Voici 7 façons de s'en délester.

Aujourd'hui plus que jamais, tout le monde semble frôler le burn-out. Les femmes plus que les hommes. Les mamans surtout. Toujours à courir sans jamais voir le bout du tunnel ? Et si on apprenait à lâcher prise...