"Il y a encore des brosses à dents Pikachu, mais plus que des roses, ça ne t'ennuie pas?" "On s'en balek", c'est tout ce que mon fils a trouvé à répondre à cette pauvre dame au magasin, faisant une nouvelle fois la promotion de mes talents en matière d'éducation. Il n'empêche que j'en suis plutôt fière de ce gamin, il semble imperméable au concept de masculinité toxique. J'aime à croire que la manière dont je l'élève y est pour quelque chose: pas de "les garçons ça ne pleure pas" ou de "tu cours comme une fille", on lit des histoires mettant en scène des femmes dans de passionnants rôles de premier plan et on discute ...