L'alcool, denrée de première nécessité en temps de coronavirus? Si certains pays l'ont interdit, d'autres ont choisi de laisser ouverts les magasins spécialisés. Pour des raisons économiques, sanitaires ou parce qu'un "verre de vin peut aider" à supporter le confinement.

Depuis le 13 mars à minuit, les restaurants ont fermé leurs portes et tiré leurs rideaux, avec l'interdiction stricte de recevoir leur clientèle. Touchés de plein fouet par les mesures visant à juguler l'épidémie de coronavirus, ces lieux de vie semblent au point mort. Comme malgré cette crise, on ne va pas cesser de les aimer - pour tout le plaisir qu'ils nous procurent depuis des années - on a voulu donner de la voix aux chef(fe)s, à travers notre série: Confinement, les chefs se confient. Voici le second épisode, avec Vincent Gardinal, du Prieuré Saint Géry.

D'un côté une crise jamais vue, qui sollicite le personnel hospitalier et aidant comme jamais. De l'autre, des restaurateurs, eux aussi habitués aux rushs, mais mis au chômage technique pour raisons sanitaires. Quand les seconds veulent plus que tout, continuer à faire ce qu'ils aiment tout en aidant la cause commune, ce sont de véritables chaînes et réseaux de solidarité qui se mettent en place vitesse grand V. Et passent du baume au coeur de tous.

A Bruxelles, Paris, Bergame ou Alcorcon, des infirmières, éboueurs, caissières, mais aussi livreurs à domicile - métiers souvent déconsidérés - continuent à travailler dans l'ombre, soumis aux risques de contracter le covid-19. Une armée d'"invisibles" sans lesquels les pays européens confinés seraient paralysés. Témoignage d'Ousman, 22 ans, livreur de repas à vélo dans Bruxelles.

Depuis le 13 mars à minuit, les restaurants ont fermé leurs portes et tiré leurs rideaux, avec l'interdiction stricte de recevoir leur clientèle. Touchés de plein fouet par les mesures visant à juguler l'épidémie de coronavirus, ces lieux de vie semblent au point mort. Comme malgré cette crise, on ne va pas cesser de les aimer - pour tout le plaisir qu'ils nous procurent depuis des années - on a voulu donner de la voix aux chef(fe)s, à travers notre série: Confinement, les chefs se confient. Voici le premier épisode, avec Karen Torosyan, du Bozar Restaurant.

Pour rendre la période de confinement un peu plus agréable, l'école d'oenologie Inter Wine & Dine (IWD) a annoncé jeudi qu'elle allait proposer des cours d'oenologie gratuits en ligne donnés par le Professeur et sommelier Fabrizio Bucella.

Au lendemain de l'annonce des trois semaines de disette pour les bars et restaurants, le concepteur de sites web Whitecube sort de son cabas une solution dédiée à l'horeca. De quoi permettre au secteur de consolider sa présence en ligne pour atteindre sa clientèle en dépit des circonstances.