L'épidémie a d'énormes conséquences pour la filière belge de la pomme de terre, car notre pays est leader du marché de la production et de l'exportation de produits surgelés à base de pommes de terre, dont la grande majorité est consommée en plein air dans les établissements de restauration et les cuisines collectives." indique Belpotato.be dans un communiqué.

Si les variétés de pommes de terre prévues dans le secteur du marché frais et des chips pourront probablement être commercialisées et transformées quasi normalement, près de 750.000 tonnes de pommes de terre destinées à la production de frites surgelées ne pourront pas être transformées en Belgique. La consommation mondiale de ces types de frites aurait chuté de plus de 40% selon les estimations des producteurs.

Afin d'écouler le stock de pommes de terre invendables, le secteur, "en collaboration avec le gouvernement flamand, a commencé à fournir des pommes de terre de qualité aux banques alimentaires" cette semaine. Dans une deuxième phase, les pommes de terre sont utilisées comme aliments pour animaux. "Ce n'est qu'en dernier recours que l'on envisage de recourir aux biométhaniseurs, qui transforment les pommes de terre en énergie (verte)", affirme Belpotato.be.

Bien que les frites qui se trouvent dans les rayons proviennent généralement de pommes de terre belges, ce n'est pas toujours le cas des variétés traditionnelles à chair ferme qui ont été victimes de leur succès auprès des consommateurs ayant fait des achats de précaution en ces temps de crise sanitaire.

Belpotato.be souligne que l'offre de pommes de terre fraîches et farineuses ainsi que celle de produits surgelés à base de pommes de terre et de chips de Belgique est encore suffisante. L'organisation invite dès lors les supermarchés belges à donner la priorité aux pommes de terre et aux produits de pomme de terre originaires du Plat pays.

L'épidémie a d'énormes conséquences pour la filière belge de la pomme de terre, car notre pays est leader du marché de la production et de l'exportation de produits surgelés à base de pommes de terre, dont la grande majorité est consommée en plein air dans les établissements de restauration et les cuisines collectives." indique Belpotato.be dans un communiqué.Si les variétés de pommes de terre prévues dans le secteur du marché frais et des chips pourront probablement être commercialisées et transformées quasi normalement, près de 750.000 tonnes de pommes de terre destinées à la production de frites surgelées ne pourront pas être transformées en Belgique. La consommation mondiale de ces types de frites aurait chuté de plus de 40% selon les estimations des producteurs.Afin d'écouler le stock de pommes de terre invendables, le secteur, "en collaboration avec le gouvernement flamand, a commencé à fournir des pommes de terre de qualité aux banques alimentaires" cette semaine. Dans une deuxième phase, les pommes de terre sont utilisées comme aliments pour animaux. "Ce n'est qu'en dernier recours que l'on envisage de recourir aux biométhaniseurs, qui transforment les pommes de terre en énergie (verte)", affirme Belpotato.be.Bien que les frites qui se trouvent dans les rayons proviennent généralement de pommes de terre belges, ce n'est pas toujours le cas des variétés traditionnelles à chair ferme qui ont été victimes de leur succès auprès des consommateurs ayant fait des achats de précaution en ces temps de crise sanitaire.Belpotato.be souligne que l'offre de pommes de terre fraîches et farineuses ainsi que celle de produits surgelés à base de pommes de terre et de chips de Belgique est encore suffisante. L'organisation invite dès lors les supermarchés belges à donner la priorité aux pommes de terre et aux produits de pomme de terre originaires du Plat pays.