Il avait perdu fin décembre son procès en référé contre le fameux guide gastronomique.

"J'ai demandé à mon conseil d'abandonner la procédure d'appel. Ma dévotion à la cause de la haute cuisine française et du patrimoine agricole savoyard reste plus que jamais intacte. L'histoire jugera", a souligné sur Facebook le célèbre cuisinier au chapeau.

Marc Veyrat a estimé que le retrait de sa troisième étoile à l'auberge créée par Paul Bocuse, est venu confirmer ses "griefs quant à l'intégrité et à l'objectivité du guide Michelin" et a dénoncé une "stratégie de communication" répondant à des "besoins accrus de notoriété".

Début janvier, il avait fait appel de la décision rendue le 31 décembre par un tribunal de Nanterre (banlieue parisienne), considérant qu'en rétrogradant de trois à deux étoiles son restaurant de Manigod (Haute-Savoie, sud-est), La Maison des Bois, le guide rouge avait fait "une erreur".

Il avait perdu fin décembre son procès en référé contre le fameux guide gastronomique. "J'ai demandé à mon conseil d'abandonner la procédure d'appel. Ma dévotion à la cause de la haute cuisine française et du patrimoine agricole savoyard reste plus que jamais intacte. L'histoire jugera", a souligné sur Facebook le célèbre cuisinier au chapeau.Marc Veyrat a estimé que le retrait de sa troisième étoile à l'auberge créée par Paul Bocuse, est venu confirmer ses "griefs quant à l'intégrité et à l'objectivité du guide Michelin" et a dénoncé une "stratégie de communication" répondant à des "besoins accrus de notoriété".Début janvier, il avait fait appel de la décision rendue le 31 décembre par un tribunal de Nanterre (banlieue parisienne), considérant qu'en rétrogradant de trois à deux étoiles son restaurant de Manigod (Haute-Savoie, sud-est), La Maison des Bois, le guide rouge avait fait "une erreur".