Pour cette deuxième édition de "Namur, capitale de la bière", les organisateurs ont fait appel tant à des grandes brasseries qu'à des structures beaucoup plus modestes.

Les noms de Haacht, Duvel Moortgat (Maredsous et Achouffe), Huyghe, Saint-Feuillien, la brasserie du Bocq ou encore les incontournables Trappistes ne sont plus à présenter. L'ASBL Namur-Events tenait par ailleurs à proposer des "produits qu'on ne trouve pas facilement", issus des quatre coins de la Wallonie.

Les Trois Fourquets (Gouvy), la brasserie d'Ebly ou celle d'Eprave comptent déjà quelques années d'existence, mais d'autres constitueront probablement une découverte pour le grand public. Les Liégeois de la Curtius, les brasseries de la Marsinne (Couthuin), de Bertinchamps (Gembloux), des Carrières (Basècles), entre autres, présenteront leurs premières créations.

Mais les locaux n'auront sans doute d'yeux et de papilles que pour la Houppe. Les Namurois de la brasserie de l'Echasse ont lancé cette bière début juin et l'engouement ne s'est pas fait attendre: le premier brassin de 20 hectolitres est déjà presqu'écoulé. Les brasseurs de l'Echasse opèrent actuellement chez un brasseur partenaire mais souhaiteraient disposer de leur propre installation dans la ville d'ici deux ans. Un festival et une brasserie en deux ans de temps: coup double pour la capitale wallonne!

Des concerts sont prévus tout au long du week-end pour égayer ce festival qui avait attiré 7.000 personnes l'an dernier, une initiative bienvenue dans le sud du pays puisque les plus gros événements brassicoles se concentrent surtout en Flandre (Bruges, Anvers et Louvain) et à Bruxelles.