On l'aimait sans le connaître personnellement. Voici ce que l'on avait écrit sur lui en 2016 : "Paul Van Divoet est sans doute le caviste le plus exigeant de Bruxelles. Pas question pour lui de défendre un flacon qu'il n'aurait pas dégusté préalablement, même s'il propose quelque 500 références venues des quatre coins de la planète viticole - dont certaines en exclusivité sur le marché belge. Dans son antre intimiste où les bouteilles se bousculent sur les étagères en bois, l'homme distille ses commentaires sans complaisance nourris à la rigueur d'une expérience de près de 40 ans. Habité par la notion d' "understatment", ce passionné est tout sauf un "vendeur". Il ne cède ni aux sirènes de la mode - pas de penchant particulier pour les vins nature -, ni à la tyrannie des étiquettes ronflantes. Personnalité libre de tout préjugé, il se laisse guider par son palais dont les sentences tombent comme un couperet. Sa spécialité ? Le vin aux alentours de 10 euros qui piège tout le monde lors d'un diner ou qui, au choix, illumine le quotidien." Cinq années plus tard, il n'y avait pas une ligne à changer tant ce caviste-là faisait preuve d'intégrité et d'indépendance dans ses convictions. À part que, depuis vendredi dernier, son alléchante boutique affiche porte close. Son flegme, sa discrétion et son élégance nous manqueront. Tout comme son goût infaillible dont l'absence fera pour longtemps notre ordinaire un peu plus triste.

On l'aimait sans le connaître personnellement. Voici ce que l'on avait écrit sur lui en 2016 : "Paul Van Divoet est sans doute le caviste le plus exigeant de Bruxelles. Pas question pour lui de défendre un flacon qu'il n'aurait pas dégusté préalablement, même s'il propose quelque 500 références venues des quatre coins de la planète viticole - dont certaines en exclusivité sur le marché belge. Dans son antre intimiste où les bouteilles se bousculent sur les étagères en bois, l'homme distille ses commentaires sans complaisance nourris à la rigueur d'une expérience de près de 40 ans. Habité par la notion d' "understatment", ce passionné est tout sauf un "vendeur". Il ne cède ni aux sirènes de la mode - pas de penchant particulier pour les vins nature -, ni à la tyrannie des étiquettes ronflantes. Personnalité libre de tout préjugé, il se laisse guider par son palais dont les sentences tombent comme un couperet. Sa spécialité ? Le vin aux alentours de 10 euros qui piège tout le monde lors d'un diner ou qui, au choix, illumine le quotidien." Cinq années plus tard, il n'y avait pas une ligne à changer tant ce caviste-là faisait preuve d'intégrité et d'indépendance dans ses convictions. À part que, depuis vendredi dernier, son alléchante boutique affiche porte close. Son flegme, sa discrétion et son élégance nous manqueront. Tout comme son goût infaillible dont l'absence fera pour longtemps notre ordinaire un peu plus triste.