Au départ prévue pour novembre 2009 puis reportée, l'exposition que le musée des Arts Décoratifs devait consacrer au topmodel n'aura finalement pas lieu, faute de moyens financiers. Le coût de cette rétrospective, qui devait être intégralement pris en charge par le mécénat, s'est en effet avéré trop élevé. Faute d'analyse sous la forme d'une rétrospective, les Français devront se contenter des nombreuses apparitions de Kate Moss auprès des marques et dans les médias pour apprécier l'étendue de son mythe.

Géraldine Dormoy (L'Express.fr Styles)

Au départ prévue pour novembre 2009 puis reportée, l'exposition que le musée des Arts Décoratifs devait consacrer au topmodel n'aura finalement pas lieu, faute de moyens financiers. Le coût de cette rétrospective, qui devait être intégralement pris en charge par le mécénat, s'est en effet avéré trop élevé. Faute d'analyse sous la forme d'une rétrospective, les Français devront se contenter des nombreuses apparitions de Kate Moss auprès des marques et dans les médias pour apprécier l'étendue de son mythe. Géraldine Dormoy (L'Express.fr Styles)