Marathon Woman. Le 7 avril dernier, le marathon de Téhéran s'ouvrait pour la première fois aux femmes ; enfin, façon de parler, puisqu'elles avaient droit à leur propre course, dix kilomètres sur piste et à l'abri des regards, une décision annoncée à peine trois semaines avant le d...

Marathon Woman. Le 7 avril dernier, le marathon de Téhéran s'ouvrait pour la première fois aux femmes ; enfin, façon de parler, puisqu'elles avaient droit à leur propre course, dix kilomètres sur piste et à l'abri des regards, une décision annoncée à peine trois semaines avant le départ et dénoncée de concert par de nombreux athlètes, militants ou simples quidams. Dix jours plus tard, une Américaine nommée Kathrine Switzer a, elle, bouclé le marathon de Boston, chaleureusement acclamée par la foule bordant les 42 kilomètres du parcours réglementaire. Bien que l'élégante foulée de la septuagénaire eut à elle seule justifié les vivats, le fait est que Kathrine Switzer fut aussi la première femme à disputer l'épreuve, en 1967. Et, disputer, le mot est faible, car elle se glissa dans le peloton exclusivement masculin dissimulée par les initiales K.S. Switzer, et dut essuyer les coups d'énergumènes estimant les dames inaptes à se mesurer aux hommes, ou même à concourir à leurs côtés. La prestigieuse compétition n'accepta les inscriptions féminines qu'en 1972. Avec le recul, d'aucuns jugent ce timing un peu tardif pour l'autoproclamé Land of the Free, mais rappelons tout de même que de ce côté-ci de l'Atlantique, 1972 fut marquée par la loi sur la parité salariale en France ou la dépénalisation de l'homosexualité chez nous - il n'y a donc vraiment pas de quoi pavoiser en matière d'égalité. M.N.