Que de chemin parcouru en une décennie et quatre albums... Avec le temps, le folk classieux a cédé la place à un dépouillement bluesy strié de riffs rugueux. " The Red Room ", sorti l'an dernier, égrenait des mélodies sombres et hypnotiques qu'enflammait la voix rocailleuse de Marc A. Huyghens. Cet album restera comme le dernier du groupe. Un ultime bouquet d'émotions suspendues au-dessus de l'abîme. Comme quoi, même pour Venus, amour ne rime pas avec toujours
...

Que de chemin parcouru en une décennie et quatre albums... Avec le temps, le folk classieux a cédé la place à un dépouillement bluesy strié de riffs rugueux. " The Red Room ", sorti l'an dernier, égrenait des mélodies sombres et hypnotiques qu'enflammait la voix rocailleuse de Marc A. Huyghens. Cet album restera comme le dernier du groupe. Un ultime bouquet d'émotions suspendues au-dessus de l'abîme. Comme quoi, même pour Venus, amour ne rime pas avec toujours Votre premier geste le matin ? Une cigarette. Ensuite, thé ou café ? Lait. De quoi êtes-vous le plus fier ? De n'avoir que les contraintes que je m'impose. Vous ne pouvez pas vivre sans... Mes blondes américaines. Votre odeur préférée ? Ostende. La pire des trahisons, c'est... Quelque chose d'irréversible. La pièce de votre maison où vous vous sentez le mieux ? Mon living, la nuit. La dernière fois que vous avez pleuré ? Hier en regardant " The Wind That Shakes the Barley " (NDLR : " Le vent se lève ", le dernier film de Ken Loach). Votre dernier achat compulsif ? Une bouteille d'absinthe. Quelles sont vos marques de vêtements fétiches ? Je déteste la notion de marque, mais j'avoue avoir fait une exception en achetant des CAT. Quel(s) objet(s) emporterez-vous dans votre tombe ? Ma carte d'identité. J'ai une très mauvaise mémoire. Vos principales références musicales ? The Velvet Underground, Nick Drake, John Cassavetes, Turner. Un groupe, est-ce une famille, une secte ou une mafia ? Une famille qu'on s'invente. Venus, comme la Vénus de Milo ? Peut-être. Je ne sais plus. Vous pensez mériter ce qui vous arrive ? Franchement, oui. Un mot pour définir le rock made in Belgium ? Une bonne claque aux " rock stars ". De quoi avez-vous peur ? De la mort. Vos prochaines vacances, c'est où ? A New York, si Jennifer Charles (NDLR : une chanteuse de jazz américaine à la voix veloutée qui a notamment collaboré acvec Jean-Louis Murat) accepte de m'héberger. Votre remède contre la déprime ? La mer du Nord. Votre péché mignon ? Ma vieille Mercedes. Le compliment qui vous fait chavirer ? Beau comme un camion américain. La notoriété, boulet ou bonus ? Hormis les interviews, que du bonus... Votre série télé préférée ? The Office. Si vous pouviez changer un aspect de votre physique, ce serait... Mes pieds. Votre type de femme : plutôt Hannah Arendt, Sharon Stone ou Hillary Clinton ? Sharon Arendt. Le sujet qui fâche ? La religion. Au quart de tour. Propos recueillis par Laurent Raphaël " Venus 10 ans ", concert le 23 mars à l'Ancienne Belgique, 110, boulevard Anspach, à 1000 Bruxelles. Info : 02 548 24 24. Dernier album : " The Red Room ", Bang !, 2006.