"Aujourd'hui, on est censé être joignable 24 heures sur 24. Le plus dur, ce n'est pas de se passer de son portable, c'est la pression que vous mettent les autres. " Lors d'une escapade au Canada, Marine a oublié son GSM de l'autre côté de l'océan. Le temps que celui-ci revienne par colis, elle a dû s'en priver une poignée de jours, découvrant ainsi qu'elle pouvait très bien survivre, et même vivre, sans ce petit boîtier, mais aussi que ses proches, eux, n'admettaient que difficilement qu'elle ne puisse être contactée dans l'instant. " Aujourd'hui, la rentabilisation du temps et l'omniprésence de la technologie sont la norme pour un large pan de la société. Beaucoup d'entre nous sont disponibles et connectés la majeure partie de la journée, avec le sentiment que c'est normal ", confirme Alia Cardyn. Il y a quelques années, cette ancienne avocate belge, recyclée dans le coaching et donnant des conférences chez nous et à l'étranger, travaillait avec le CEO d'une grande entreprise qui ne parvenait pas à gérer son temps. " Je me suis rendu compte qu'il consultait sa boîte mail huit fois par heure et je lui ai demandé de ne le faire qu'une fois, raconte-t-elle. Trois semaines plus tard, je le revoyais. Il m'a avoué qu'il avait essayé mais qu'il était alors sujet à des tremblements et avait du mal à respirer. J'ai compris qu'il y avait là une question à se poser. "
...