C'est un fait: les anges de Victoria Secret ne font plus rêver personne. Depuis quelques années maintenant, le géant de la lingerie made in USA est fragilisé par des scandales à répétition: promotion d'un seul et unique standard d...

C'est un fait: les anges de Victoria Secret ne font plus rêver personne. Depuis quelques années maintenant, le géant de la lingerie made in USA est fragilisé par des scandales à répétition: promotion d'un seul et unique standard de beauté inatteignable (ou presque), appropriation culturelle, positionnements transphobes et grossophobes, lien avec le délinquant sexuel américain Jeffrey Epstein - pour rappel, il avait été arrêté en juillet 2019 pour trafic de mineurs ... Et la pandémie mondiale que nous vivons actuellement semble avoir planté le dernier clou dans le cercueil de la griffe. Aux Etats-Unis, les 350 magasins exclusifs sont à céder ; en juin dernier, la branche britannique du label s'est déclarée en faillite. Et chez nous, la petite boutique de l'aéroport de Zaventem a tout simplement... disparu. S'il ne fait aucun doute que la crise sanitaire actuelle a précipité la chute de la marque, elle a surtout été emportée par un changement d'époque. Eh bien oui, comment peut-on encore vendre des sous-vêtements sans se montrer inclusif à l'heure où Rihanna promeut une belle et grande diversité pour sa ligne de lingerie Savage X Fenty?