La phrase " Ouin ouin, puisque c'est comme ça je n'achèterai plus jamais vos rasoirs parce que moi je suis un homme, un vrai " résume assez bien la vague de protestation des barbus fragiles qui n'ont pas aimé que leur marque de quadruples lames infusées à la testostérone et conçues comme une ogive nucléaire parce que c'est pour eux, les mâles, leur serve une publicité remettant en cause quelques comportements vus comme spécifiquem...

La phrase " Ouin ouin, puisque c'est comme ça je n'achèterai plus jamais vos rasoirs parce que moi je suis un homme, un vrai " résume assez bien la vague de protestation des barbus fragiles qui n'ont pas aimé que leur marque de quadruples lames infusées à la testostérone et conçues comme une ogive nucléaire parce que c'est pour eux, les mâles, leur serve une publicité remettant en cause quelques comportements vus comme spécifiquement masculins : harcèlement de rue, mains au popotin, bastons entre mecs. Ce qu'on appelle " la masculinité toxique ", soit les injonctions faites aux hommes et qui leur (et nous) pourrissent la vie : ne pas pleurer, d'ailleurs ne même pas avoir de sentiments - c'est pour les faibles -, se taper sur le torse en hurlant pour montrer qu'on est le king de la jungle, agir comme un bonobo débile dès qu'une femelle est dans les parages, estimer qu'on est un chasseur dans l'âme. Bref, des trucs contraignants et pénibles pour tout le monde. Les justifications de ce retour soudain à la raison du roi du rasoir ne sont sans doute pas honorables, on sent derrière la grosse moulinette de l'équipe marketing qui s'est demandé comment surfer sur la vague #metoo : " A partir d'aujourd'hui, nous nous engageons à défier activement les stéréotypes et les attentes de ce que signifie être un homme. " Mais ne jetons pas les poils de barbe avec l'eau du bain. Les messieurs ont désespérément besoin qu'on leur montre d'autres façons d'être des hommes, loin des clichés qui façonnent autant qu'ils détruisent. Et ils sont plein à le réaliser et à ne pas se retrouver dans ces commandements à être des mâles caricaturaux. Du coup, je m'adresse à vous, les mecs : quand vous ronchonnez parce que " les féministes " vous cassent les pieds en tentant de déconstruire les diktats en carton pâte de la féminité, quand est-ce que ça va percuter chez vous que vous avez tout à y gagner ? La masculinité toxique est faite du même carton pâte. Laissez-nous tout démonter. Vos rôles assignés vous limitent et vous réduisent à pas grand-chose. Osez prendre de la distance avec ce que vous pensez que la société attend de vous. Vous verrez, ça fait un bien fou.