" Toujours aussi distinguée. Que d'élégance dans ce langage ", me lance un inconnu sur Twitter, alors que je venais de ponctuer d'un énorme et bien senti " ta gueule " la virile saillie d'un intellectuel français qui estimait qu'au lieu de s'indigner sur une blague sur le viol (qui défrayait alors la chronique), on ferait bien de lutter contre le problème massif des agressions sexuelles. Soit le genre de truc qui me rend ...

" Toujours aussi distinguée. Que d'élégance dans ce langage ", me lance un inconnu sur Twitter, alors que je venais de ponctuer d'un énorme et bien senti " ta gueule " la virile saillie d'un intellectuel français qui estimait qu'au lieu de s'indigner sur une blague sur le viol (qui défrayait alors la chronique), on ferait bien de lutter contre le problème massif des agressions sexuelles. Soit le genre de truc qui me rend chèvre. Pourquoi ? Premièrement, parce que jusqu'à preuve du contraire, on a assez d'énergie et de connections neuronales pour, à la fois, affirmer que les farces (hihihi, hahaha) sur le viol sont ignobles et - qu'est-ce qu'on est fortes, dites donc - militer pour que celui-ci soit enfin reconnu comme un véritable problème de société et qu'il soit abordé avec le sérieux et les moyens que requiert la situation. Deuxièmement, ces mâles moralisateurs qui viennent nous exposer à intervalles réguliers comment mener nos combats de femmes et où se trouvent les priorités, je les vois quand même rarement se battre à nos côtés. Alors, les supporters du Tour de France qui boivent de la bière le long du parcours en hurlant sur les coureurs de pédaler plus vite, pardon, mais ça a tendance à me faire dire des choses comme " ta gueule ". Une expression, donc, qui manque d'élégance, tenait à m'expliquer cet homme, qui s'était visiblement réveillé ce matin-là avec la ferme intention de faire sa Nadine de Rothschild sur les réseaux sociaux. C'est mignon quand même, cette assurance. Il se passe quoi dans la tête des types qui nous somment de sourire parce qu'on serait plus belles, de ne pas jurer parce que ça ne sied pas à notre rang, de ne pas nous énerver parce qu'on a l'air hystérique, de mettre des jolis décolletés parce que c'est féminin, de faire des enfants parce qu'on serait programmées pour ? Les gars, si vous ressentez le besoin d'avoir sous la main un petit animal propre et bien éduqué, adoptez un chien et passez vos samedis aux cours d'éducation canine à lui apprendre à donner la patte et faire le mort. Mais nous ne sommes pas vos animaux de compagnie. Alors, à la niche ! Merci.