Aussois - Porte de la Haute Maurienne Vanoise

Les lieux
...

Les lieuxLes passionnés connaissent bien la vallée de la Tarentaise et ses stations-stars comme Méribel, Courchevel, Tignes ou Les Arcs. Plus rares sont ceux qui ont arpenté la vallée voisine dans sa partie la plus orientale, contiguë à l'Italie. Deux célèbres points de passage les séparent: le légendaire col de l'Iseran, qui relie Val d'Isère à Bonneval sur Arc, et le Parc national de la Vanoise avec ses nombreuses espèces animales menacées. Villages habités, nature préservée, riche patrimoine historique, stations à taille humaine... Telle est la Haute Maurienne Vanoise. Atout de ce territoire couvrant dix-sept villages et six stations de sports d'hiver (Val Fréjus, La Norma, Aussois, Val Cenis, Bessans et Bonneval sur Arc): son cachet authentique et naturel. Aussois, par exemple, abrite une église, des commerces, des restos, un passionnant musée pastoral, l'Arche d'Oé, et des vestiges de forts bâtis au XIXe siècle pour protéger le comté de Savoie d'une invasion française - qu'ils n'ont d'ailleurs pas empêchée - dont plusieurs se visitent. Comme les forteresses nichées sur d'imprenables pitons, Aussois est juché sur un plateau orienté plein sud à 1 500 m d'altitude, cerné de deux profonds canyons et dominé par les glaciers. Sa proximité avec le parc garantit la présence d'une abondante faune protégée: bouquetins, loups, chamois, vautours fauves, aigles royaux ou gypaètes barbus (réintroduits). Avec ou sans jumelles, les randonneurs s'en donnent à coeur joie. Côté glisse Un tel terrain de jeu ne peut laisser de glace les adeptes du ski de randonnée. L'école de ski locale organise des initiations collectives au coucher du soleil pour découvrir les rudiments de cette technique sans autres skieurs sur les pistes. Et un nouvel itinéraire vient d'être balisé sur 700 m de dénivelé au départ du front de neige. Aussois bénéficie du label Famille Plus indiquant que son domaine skiable est adapté à l'accueil des tribus, avec 50% de pistes vertes et bleues, et un retour possible à ski depuis le sommet du principal télésiège jusqu'au coeur de la station pour les débutants. Les amateurs de sensations trouvent également leur bonheur dans les pistes rouges et noires plus engagées ou les magnifiques hors-pistes contigus. Mais rien n'empêche d'aller tester les pentes des autres stations de l'espace HMV: tout forfait de six jours inclut une journée de ski dans chacun des six domaines. Côté fun Après une halte à l'espace aqualudique pour profiter des bienfaits de l'aqua-yoga, on chausse les raquettes pour une montée au clair de lune à travers la forêt et les alpages enneigés. Direction le chalet-refuge de Chantovent. Yannick et Marlène y servent la "matouille", sorte de raclette à base de tome de Savoie au vin blanc, qui laisse des souvenirs indélébiles. Vue imprenable sur le village éclairé tout au long de la balade et depuis leur terrasse. Les lieux Nous sommes à 25 km d'Albertville et l'impression de tranquillité est magique. C'est en 1947 que les villages d'Arêches et de Beaufort ont créé ensemble un domaine skiable, au coeur d'un superbe massif du Beaufortin qui, aujourd'hui, garde une tradition villageoise lui permettant de conserver son âme, à l'abri du tourisme de masse. Le lieu s'inscrit d'ailleurs dans une démarche écoresponsable afin de ne pas dénaturer le décor. Ce fut la première commune de France à signer la charte nationale en faveur du développement durable dans les stations de montagne, qui se traduit par la mise en place d'actions concrètes: gestion des déchets, consommation d'énergie, protection de la faune et de la flore... Objectif: un tourisme en harmonie avec l'environnement et l'agriculture. Le résultat? Cet authentique cocon blanc combine nature, tradition et patrimoine. Les visiteurs déambulent dans des villages entourés de sommets enneigés et de sapins, où règnent charme d'antan et convivialité. De quoi rendre les habitants fiers de leur histoire et avides de partager leurs richesses. Portant souvent une double casquette, ils font vivre les villages toute l'année. Il n'est pas rare pour un skieur de retrouver son moniteur lors d'une visite de ferme... Côté glisse Familial mais idéal aussi pour le ski engagé ou de randonnée, le domaine s'étend sur deux secteurs reliés qui offrent vingt-neuf pistes sur 1300 m de dénivelé. Sa situation sur les contreforts du Mont-Blanc lui garantit l'un des enneigements les plus généreux du massif alpin. On y pratique la glisse sous toutes ses formes: dans les alpages, à travers la forêt, au milieu des chalets typiques du Beaufortin ou sur les sommets mythiques de la station. Accessible aussi aux non-skieurs avec le télésiège du Grand-Mont, le plateau du Cuvy propose de nombreuses activités ludiques aux plus jeunes: luge, big airbag, mini randonnée... Proche des cimes, il est aussi parfait pour la détente et la contemplation, avec un transat confortable ou un coussin géant. Côté fun S'il y a une tradition qui rallie tous les suffrages, c'est celle du Beaufort, ce célèbre fromage plein de saveurs - fleuri l'été, plus fumé l'hiver - connu du monde entier. Terre d'alpage, le Beaufortain est le berceau du "prince des gruyères" qui peut se découvrir tout au long de ses étapes de fabrication: de l'élevage à la vente dans les coopératives laitières, en passant par la traite et l'affinage de centaines de meules de 40 kilos dans des caves. Par ailleurs, Arêches-Beaufort étant reconnue comme Pays d'Art et d'Histoire des Hautes Vallées de la Savoie, elle met un point d'honneur à valoriser son patrimoine architectural, naturel et économique via des promenades (avec guide ou non) à travers des lieux chargés d'histoire(s) au coeur d'une nature immaculée. Les lieux A cheval sur le Val d'Aoste et le Piémont italiens, à moins de 900 km de Bruxelles, le Mont Rose ne possède pas la réputation de son grand frère "Blanc" mais n'en est pas moins le deuxième sommet des Alpes, culminant à 4 634 m. On dit que depuis ses hauteurs, lorsque souffle la tramontane, on peut admirer le reflet des lumières de Milan dans les neiges éternelles. Avec ses 180 km de pistes, le domaine skiable couvre une partie du massif, s'étale sur trois vallées reculées et sauvages, et relie les villages de Champoluc, Antagnod (Val d'Ayas), Gressoney-Saint-Jean, Gressoney-la-Trinité (Vallée de Gressoney) et Alagna (Valsesia). Des hameaux authentiques qui ont gardé le charme d'une architecture traditionnelle aux accents alémaniques, avec leurs étonnantes maisons Walser en pierre de taille, dont les balcons servaient au séchage des feuilles de tabac cultivées dans la région. C'est surtout un massif d'une grande beauté, nettement mieux préservé que son voisin français et offrant d'innombrables possibilités de ski dans des paysages grandioses.Côté glisse Des sommets à plus de 3 300 m jusqu'au fond des vallées si étroites qu'elles conservent une excellente neige toute la saison, c'est la qualité de ses itinéraires hors-pistes qui fait le sel de Monterosa, paradis des skieurs de l'extrême et autres freeriders. Le lieu est reconnu par les amateurs de poudreuse dans toute l'Europe et au-delà. Cela dit, il y en a pour tous les niveaux, et des guides chevronnés sont disponibles dans chaque village. Raides couloirs et larges vallons, aux noms aussi évocateurs que le Couloir de l'Aigle, le Canyon de Leisch ou la Vallée Perdue, offrent des descentes de plusieurs kilomètres dans des décors à couper le souffle. Qu'on se laisse emporter sur les cimes du Col du Lys en héliski - l'une des spécialités du cru - ou que l'on grimpe en téléphérique jusqu'à la Pointe d'Indren, c'est neige fraîche et poudreuse garantie sur les multiples parcours qui panachent les niveaux de difficulté. Plusieurs démarrent sur d'immenses glaciers dont la teinte rose donne son nom au massif. On y accède aussi, plus bas, au départ des pistes balisées.Côté fun Au bout d'une journée de descente, deux activités incontournables attendent les skieurs au fond des vallées. La gastronomie locale, typique, s'articule autour des salaisons, des pâtes et de viandes savoureuses - tagliata de boeuf à ne pas manquer! Et l'apéro, ce bombardino à base de café et d'advocaat, capable de réveiller les plus éreintés. On le boit couvert de crème fraîche comme la neige des environs, puis on repart avec assez d'énergie pour soulever des montagnes... ou presque. Les lieux Nous sommes ici dans une petite vallée perdue à l'extrémité orientale des Alpes de Haute Provence, creusée par les glaces et la rivière Ubaye (paradis des sports d'eau vive) qui finit sa course dans le lac de Serre-Ponçon. C'est la haute montagne, mais les Alpes ont ici la chance d'être "du sud", conjuguant pics élevés, lacs glaciaires et hautes vallées avec un ciel (souvent) d'un bleu intense et un soleil généreux. Villages chargés d'histoire et parcours de randonnée combinent les joies de la neige et les plaisirs des cimes. Sans oublier la nature: la vallée de l'Ubaye ouvre les portes du parc national du Mercantour. On y trouve trois stations de ski: l'Espace Lumière avec Pra Loup et Le Sauze ainsi que la petite station familiale de Sainte-Anne. Pour les amateurs, deux sites offrent aussi de très belles pistes de ski nordique aménagées pour la technique traditionnelle et le skating : Val d'Oronaye Larche et Saint-Paul-sur-Ubaye.Côté glisse Blottie au milieu des mélèzes et bâtie sur un balcon offrant un splendide panorama sur la vallée, Pra Loup déroule 180 km de pistes aux paysages variés et beaux dénivelés. Le must ? Sa piste de ski nocturne, qui se targue d'être la plus longue d'Europe: dès la nuit tombée, s'organisent de nombreuses courses. Pra Loup est aussi considérée comme la capitale du snowscoot, discipline qui combine les sensations du snowboard avec celles du VTT... sur neige. Damée ou non. A un jet de pierre (on peut combiner les deux domaines dans le même forfait, avec Sainte-Anne en prime), Le Sauze apparaît plus modeste mais bien doté, avec ses 65 km de pistes tous niveaux. Historique: c'est le premier village des Alpes du Sud à avoir accueilli les pionniers du ski. Cette station authentique et chaleureuse se niche au pied du Chapeau de Gendarme, le sommet emblématique de la vallée de l'Ubaye. Labellisée Famille Plus, elle offre un formidable terrain de jeu aux adeptes du ski de randonnée. Sainte-Anne, elle, est la plus petite des trois stations mais aussi la plus haut perchée, à plus de 1800 m d'altitude. La garantie d'un enneigement copieux et d'une glisse parmi des paysages renversants.Côté fun On profite de son séjour dans la vallée pour descendre à Barcelonnette et découvrir la plus mexicaine des villes françaises. L'histoire unique du chef-lieu de la vallée de l'Ubaye la relie au Mexique, terre d'accueil de près de 3 000 de ses enfants partis y tenter fortune au XIXe siècle. Tour à tour commerçants, industriels ou banquiers, ces entrepreneurs ont tissé un lien solide avec leur nation d'adoption, qui se retrouve aujourd'hui dans l'architecture de la ville, dans ses rues, ses places et ses splendides villas entourées de jardins luxuriants - certaines se visitent, l'une est devenue le musée de cet exil florissant. Sans oublier sa vie culturelle: Barcelonnette organise chaque année les fêtes latino-mexicaines et la Fête des Morts.