Trop de mat aurait-il tué le mat ? Le précepte a toujours ses adeptes au rayon fond de teint et surtout rouge à lèvres, tant la bouche habillée d'un ton soutenu est devenue la signature des jeunes trentenaires lookées. Le scintillement décomplexé est pourtant de retour, il faudra s'en accommoder et en tirer le meilleur pour briller sans se tromper. Car ce qui, à première vue, pourrait passer pour un sérieux faux pas beauté est en train de devenir la folie make-up de l'année, facilitée par la multiplication des produits dits " holographiqu...

Trop de mat aurait-il tué le mat ? Le précepte a toujours ses adeptes au rayon fond de teint et surtout rouge à lèvres, tant la bouche habillée d'un ton soutenu est devenue la signature des jeunes trentenaires lookées. Le scintillement décomplexé est pourtant de retour, il faudra s'en accommoder et en tirer le meilleur pour briller sans se tromper. Car ce qui, à première vue, pourrait passer pour un sérieux faux pas beauté est en train de devenir la folie make-up de l'année, facilitée par la multiplication des produits dits " holographiques " désormais vendus aussi par les piliers du secteur, tous segments de distribution confondus. Comme souvent, c'est aux réseaux sociaux que l'on doit ce que d'aucuns n'hésitent pas à qualifier de " maquillage licorne " lorsqu'il est présenté dans ses versions les plus extrêmes. Derrière ces reflets aux accents mouvants que l'on s'applique à l'aide de sticks, de gloss, de paillettes ou de top coat pour les ongles, un simple principe de physique : selon l'angle de la lumière, la couleur change, un peu comme si l'on se voyait à travers un prisme. Maybelline ou Urban Decay - ici, l'emballage annonce clairement ses intentions - sortent même des palettes proposant le spectre complet de l'arc-en-ciel. Des kits bouche " effet Python " - obtenu grâce à une ombre à lèvres illuminatrice associée à une base colorée - compléteront l'offre " fantastique " de Maybelline mi-février prochain. Du côté des podiums, sur des shows mis en beauté notamment par M.A.C, on reconnaît aussi la tendance que la marque déclinera bien sûr dans ses futures collections, plutôt en " glow " que 100 % " holo ". Dérivée du " strobing ", lui-même version améliorée du contouring - la technique popularisée par Kim Kardashian qui consiste à redessiner les traits du visage en apportant, à l'aide de fonds de teint, de l'ombre ou de la lumière -, cette manie des beautystas est avant tout une question d'éclat. Ce je-ne-sais-quoi qui apporte, sans que cela se voie, jeunesse et fraîcheur sera au coeur de la gamme Météorites Glow with Love de Guerlain. Promesse similaire chez Yves Saint Laurent, qui lance, dans sa franchise Touche Eclat, un fond de teint All-in-One Glow à base d'eau, tellement intuitif qu'il pourrait même s'appliquer sans miroir. Chez Givenchy, cette quête de brillance universelle s'obtient grâce à la formule cushion de son Teint Couture Glow contenant deux nuances de nacres, rose et blanche, qui se mélangent d'une simple pression. Pour Dior, Peter Philips a choisi de revisiter le baume à lèvres teinté Dior Lip Glow en créant des teintes mais aussi de nouveaux finis, un mat doux et un " holo glow " dont la texture iridescente fait pétiller la bouche juste ce qu'il faut.