Oui, l'hiver donne des envies de repli, le corps lové dans un canapé molletonné. Plutôt que de faire saillir les muscles, les hommes renouent avec une intériorité feutrée. En réponse aux " odeurs froides de l'hiver " décrites par Maupassant, les parfumeurs créent des sillages intenses, sans pour autant forcer le trait de la virilité. Et c'est une première ! On s'étonne de cette audace pétrie de douceur sophistiquée et on se réjouit de pouvoir enfin mettre le nez au creux de leur cou, comme on le fait dans une écharpe au plus froid de l'hiver : pour reprendre un souffle de chaud comme une réconfortante et irrésistible respiration.
...