C'est une fille des plaines sans fin d'Argentine, qui passait son temps à cheval le week-end, loin de Buenos Aires. Sofia Achaval de Montaigu n'avait pas 5 ans qu'elle galopait déjà, arrimée à la selle d'un fier gaucho. Depuis, elle a gardé le goût sauvage des longues chevauchées, le souvenir prégnant de l'odeur du cuir brut et le sens du pantalon équestre que l'on serre à la taille avec une ceinture bijou. Mais il lui a fallu venir vivre à Paris étudier la mode au studio Berçot puis faire ses premiers pas chez Azzaro et bosser ensuite comme styliste pour avoir l'envie de rendre hommage aux gardiens de troupeaux de son pays et proposer un vestiaire total look légèrement décalé, genre féminin et baptisé Acheval Pampa, voici la saison 2. Pour ce faire, elle s'est trouvé une duettiste qui a les mêmes racines, Lucila Sperber, formée au marketing et à la pub, brand manager pour l'Amérique latine du prêt-à-porter Homme de Rochas. Ensemble, elles rêvent joliment de convaincre le monde entier d'épouser le style gaucho - on n'est pas contre. Leurs pantalons se portent en version jour ou soir, en coton, satin ou velours, parfois avec paillettes, le tout made in Uruguay. Les chemises, cols roulés et tee-shirts dûment logotisés complètent la dégaine, qui sait ce que sexy veut dire. La pampa est un vertige horizontal.

www.achevalpampa.com