Des modèles chics. Des silhouettes chocs. Hussein Chalayan est une sorte d'ovni sur la planète fashion. Des robes en bulles de verre à la table se transformant en jupe, ses créations sont des objets à part entière. Ce Turco-chypriote affirme d'ailleurs s'intéresser davantage au fonctionnement du corps dans l'espace qu'à la mode. Formé au prestigieux Central Saint Martins College of Art and Design de Londres, il est tout à la fois architecte, designer, couturier et cinéaste. Un intello de la mode. Ou styliste de l'intelligence. C'est au choix. C'est Chalayan.
...

Des modèles chics. Des silhouettes chocs. Hussein Chalayan est une sorte d'ovni sur la planète fashion. Des robes en bulles de verre à la table se transformant en jupe, ses créations sont des objets à part entière. Ce Turco-chypriote affirme d'ailleurs s'intéresser davantage au fonctionnement du corps dans l'espace qu'à la mode. Formé au prestigieux Central Saint Martins College of Art and Design de Londres, il est tout à la fois architecte, designer, couturier et cinéaste. Un intello de la mode. Ou styliste de l'intelligence. C'est au choix. C'est Chalayan. Avec De l'autre côté (prix du scénario à Cannes en 2007), le cinéaste germano-turc Fatih Akin dévide un remarquable écheveau où la politique, l'amour et les m£urs s'entremêlent avec émotion, poésie et gravité. Reliés par un drame initial aux multiples conséquences dont il serait vain de résumer la teneur - cela explique en partie la virtuosité du film -, les personnages de ce récit sont en constant aller- retour entre Hambourg et Istanbul. Ils mettent un c£ur et un visage sur l'intense relation entre la Turquie et l'Allemagne, et partant, toute l'Europe, frontière d'un Occident à la fois poreux et distant, fantasmé et repoussant. Les créations de Derin Design, label phare en Turquie, s'exportent comme des petits pains, de New York à Canberra, en passant par les Pays-Bas. Des lignes simples et pures. Avant-gardistes aussi. Et beaucoup de couleurs flashy. www.derindesign.com Les murs des mosquées et du palais de Topkapi à Istanbul sont couverts des très beaux carrelages Iznik, du nom de la ville où ces céramiques sont manufacturées depuis le XVe siècle. Leurs caractéristiques : des dessins floraux raffinés et surtout des couleurs percutantes. Séduite par cet artisanat ancestral, Agnès Emery, à la tête de l'enseigne belge Emery & Cie, spécialisée dans les matériaux de déco intérieure et implantée à Anvers et Bruxelles, voulait absolument proposer un tel produit dans ses boutiques. Mais n'ayant pas trouvé son bonheur chez les fabricants turcs actuels, elle a finalement décidé de faire réaliser ces " Faux-Iznik " en Inde, chez des potiers de Jaïpur. Résultat : des carreaux à base de kaolin, quartz et argile blanche plus vrais que nature pour donner à sa déco un air de sanctuaire byzantin. 27, rue de l'Hôpital, à 1000 Bruxelles. Tél. : 02 513 58 92. Et 20, Reyndersstraat, à 2000 Anvers. Tél. : 03 231 30 84. www.emeryetcie.com Dure dure la vie de blogueuse stambouliote ? Pas vraiment. Visez plutôt le programme : Mademoiselle Istanbul teste les hammams historiques de la ville et les bars branchés de Taksim, hume les tendances dans les nouvelles boutiques qui fleurissent autour de la Tour Galata, le nouveau quartier chic et bohème de l'ex-Constantinople, goûte " les meilleurs baklavas " et les kebabs " 5-étoiles " de Turquie ou encore croque les légumes dorés du marché dominical de Tarlabasi. En résumé, lire Mademoiselle Istanbul, c'est vivre les tribulations quotidiennes d'une Française expatriée entre l'Europe et l'Asie, sur un ton joyeux et insolite. http://mademoiselleistanbul.comDifficile de ne pas convoquer tout l'imaginaire associé au mythique sérail du palais de Topkapi et le sillage capiteux des belles recluses lorsque l'on cherche à traduire le parfum d'Istanbul... ou mieux encore de Constantinople. Dans la famille des Somptueux, Serge Lutens a imaginé un oriental ambré, " audacieux, classique et raffiné " comme les sultans d'autrefois. Un accord de résines, d'ambre et de patchouli. Puissant, prégnant, fascinant. Tout simplement baptisé Ambre Sultan. Nous sommes le 19 février 2010. La semaine de la mode bat son plein à Londres. Hakaan Yildirim, jeune créateur turc qui a déjà pris ses marques à domicile, présente sa collection automne-hiver 2010-2011. C'est son premier défilé. Et pourtant, Carine Roitfeld, alors rédactrice en chef de Vogue Paris, fait le déplacement depuis New York pour venir apprécier l'univers sexy et féminin du couturier. Quelques mois plus tard, Hakaan Yildirim reçoit le prix de l'Andam, destiné à soutenir les jeunes créateurs, flanqué de 220 000 euros et d'une place à la semaine de la mode à Paris, où il est très attendu. Et où il ne déçoit pas. L'aubergine aime le soleil et nous, nous sommes friands de ce légume peu calorique, facile à conserver (une semaine au frigo ou plus longtemps au surgélateur) et se cuisinant à toutes les sauces. La preuve dans cet album réunissant 40 recettes. Ratatouille, caviar, crumble, tian, millefeuilles : il est facile d'accommoder ce délice méditerranéen. Petit plus de ce livre : des idées déco pour ajouter au plat une touche perso ! Supersympa. Que faire avec... l'aubergine, par Valérie Duclos, Les Toquades de First Éditions, 85 pages.C.R.; B.G.; C.R.; F.BY.; CA.L.; I.W.; C.R.; CH.P.